«Ces mi­nots ont l’im­pres­sion d’avoir un vrai job»

Le jour­na­liste Ro­main Cap­de­pon signe une en­quête sur les en­fants impliqués dans le tra­fic

20 Minutes (Marseille) - - GRAND MARSEILLE - Pro­pos re­cueillis par Adrien Max

Des «mi­nots» au coeur d’une guerre sans mer­ci. Ro­main Cap­de­pon, chef du ser­vice faits di­vers au quo­ti­dien La Pro­vence, a pu­blié mer­cre­di Les Mi­nots, aux édi­tions Jean-Claude Lat­tès, une en­quête sur le quo­ti­dien de ces jeunes mi­neurs au coeur des tra­fics de stu­pé­fiants à Mar­seille. Poi­gnant.

Pour­quoi avoir choi­si le rè­gle­ment de comptes du Clos de la Rose comme point de dé­part du livre ?

Je n’ai pas vé­cu cet épi­sode, j’étais en­core en poste à Avi­gnon. Ce­la m’a per­mis de me re­plon­ger en­tiè­re­ment dans ce rè­gle­ment de comptes, en dis­cu­tant avec la ma­man de Jean-Mi­chel, ce guetteur de 15 ans as­sas­si­né, et avec Len­ny, 11 ans à l’époque, griè­ve­ment bles­sé. Ce fait di­vers illustre l’im­pli­ca­tion de ces mi­nots dans les ré­seaux. C’est le pre­mier qui a mar­qué du­ra­ble­ment Mar­seille. Qu’est-ce qui vous a le plus mar­qué au cours de cette en­quête ?

La pre­mière chose, c’est que tous ces mi­nots ont l’im­pres­sion d’avoir un vrai job, ils ne se consi­dèrent pas comme des dé­lin­quants. Ils uti­lisent d’ailleurs l’ex­pres­sion « jo­ber ». Com­bien m’ont dit : « Mais Ro­main, on ne va pas dans le centre-ville “ar­ra­cher” des col­liers à des pe­tites vieilles, on ne braque pas des épi­ce­ries» ? La deuxième chose, c’est l’ex­trême vio­lence qui en­toure leur quo­ti­dien. Et ils n’en sont plus cho­qués.

Se­lon vous, quelle est la so­lu­tion pour sor­tir ces en­fants des ré­seaux de tra­fic de stu­pé­fiants ?

Je ne suis pas sûr que la lé­ga­li­sa­tion chan­ge­rait quelque chose. Le plus im­por­tant, c’est de les em­pê­cher d’y ren­trer. Cer­tains en sortent, par amour, pour une car­rière de joueur de foot ou de rap­peur, mais c’est très rare. Il faut agir en amont, dès l’âge de 10-11 ans, leur ex­pli­quer que ce qu’ils voient de­puis qu’ils sont pe­tits n’est pas leur seul ave­nir.

Le jour­na­liste pu­blie Les Mi­nots.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.