Em­maüs lance sa la­vo’mo­bile

So­li­da­ri­té Iti­né­rante et équi­pée de ma­chines à la­ver, elle rend ser­vice aux plus dé­mu­nis

20 Minutes (Marseille) - - GRAND MARSEILLE - Adrien Max

La fier­té se lit sur le large sou­rire de Ka­mel Fas­sa­toui. Il vient, avec Eric et Ber­nard, deux com­pa­gnons de la com­mu­nau­té Em­maüs de Mar­seille, de ga­rer la la­vo’mo­bile sur le par­king d’une au­berge de jeu­nesse de la Poin­teRouge. Elle ac­cueille des mi­neurs non ac­com­pa­gnés grâce à Mé­de­cins sans Fron­tières. «Ça fait une ving­taine de jours qu’ils sont là, et à part la les­sive à la main, ils n’ont pas pu la­ver leurs affaires », ex­plique Ro­mane, de l’as­so­cia­tion Just, qui les en­cadre. C’est pour­quoi Ka­mel, le res­pon­sable d’Em­maüs, vient de ga­rer son drôle d’en­gin qui va ser­vir pour la pre­mière fois.

«L’ob­jec­tif est d’être là»

Dans un four­gon qu’ils ont pu ac­qué­rir grâce à la fon­da­tion AG2R la mon­diale, les com­pa­gnons ont ins­tal­lé deux ma­chines à la­ver sé­chantes. Elles sont ali­men­tées par un groupe élec­tro­gène ain­si qu’un sur­pres­seur, et di­rec­te­ment rac­cor­dées à deux grosses cuves ins­tal­lées sur une re­morque, pour l’ali­men­ta­tion et l’éva­cua­tion. « On a dû tout inventer nous-même», se fé­li­cite Eric. Tout fonc­tionne, et les jeunes peuvent faire tourner leur ma­chine. « Ce sont des cycles d’une heure en­vi­ron. Le plus long c’est le sé­chage. On peut faire quatre ma­chines avant de de­voir al­ler rem­plir le ré­ser­voir et éva­cuer les eaux usées. Mais l’ob­jec­tif n’est pas la quan­ti­té, c’est sur­tout d’être là», pré­vient Ka­mel. Une per­ma­nence est or­ga­ni­sée chaque ven­dre­di ma­tin de 9 h à 11 h 30 aux Ré­for­més, là où Em­maüs sert dé­jà des pe­tits-dé­jeu­ners. Et la la­vo’mo­bile peut se rendre n’im­porte où. «Ça cor­res­pond à ce qu’on aime faire : ré­pondre à des be­soins, ré­pa­rer des in­jus­tices et faire ce que ne font pas les autres, ex­plique Ka­mel Fas­sa­toui. On ne ré­sou­dra pas le pro­blème à nous seuls, mais on sou­haite in­ter­pel­ler la ville sur les choses à faire. La­ver son linge, s’ha­biller, ce sont des be­soins na­tu­rels et pour­tant, il y a un cruel manque d’ac­cès à l’eau pour les plus dé­mu­nis à Mar­seille.»

La la­vo’mo­bile et ses équi­pe­ments peuvent se rendre n’im­porte où.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.