«Etre in­fec­té par le co­ro­na­vi­rus est dif­fé­rent d’être ma­lade»

20 Minutes (Marseille) - - DIX NEWS - Mathilde Cou­sin

Un cher­cheur de Har­vard a-t-il vrai­ment an­non­cé que « 40 à 70 % de la po­pu­la­tion mon­diale se­ront in­fec­tés » par le co­ro­na­vi­rus ? Cette es­ti­ma­tion, qui pa­raît alar­miste, a fait le tour des mé­dias in­ter­na­tio­naux et des ré­seaux so­ciaux. Marc Lip­sitch l’a lâ­chée le 16 fé­vrier au Wall Street Jour­nal. Il a re­don­né cette four­chette dans une in­ter­view au ma­ga­zine The At­lan­tic, pa­rue le 23 fé­vrier, et dans une autre in­ter­view pa­rue dans Har­vard Ma­ga­zine le 24 fé­vrier. Faut-il com­prendre que 40 à 70 % de la po­pu­la­tion mon­diale tom­be­ront ma­lades et pré­sen­te­ront des symp­tômes ? Non, comme l’ex­plique le cher­cheur lui-même. « Etre in­fec­té est dif­fé­rent d’être ma­lade », pré­cise-t-il. «Seules cer­taines per­sonnes [de cette es­ti­ma­tion] qui de­vien­dront in­fec­tées tom­be­ront ma­lades. » Toutes les per­sonnes por­teuses du co­ro­na­vi­rus ne pré­sentent pas de symp­tômes, c’était par exemple le cas de cer­tains pas­sa­gers du pa­que­bot Dia­mond Prin­cess. Marc Lip­sitch in­siste : cette es­ti­ma­tion est « une pré­dic­tion », qu’il a de­puis rec­ti­fiée. « J’au­rais dû dire que 40 à 70 % des adultes dans une si­tua­tion sans contrôles ef­fec­tifs [pour­ront être in­fec­tés] », a-t-il pré­ci­sé mar­di sur son compte Twit­ter.

20 Mi­nutes lutte contre les fake news. Un doute ? Ecri­vez à fa­keoff@20mi­nutes.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.