La meilleure at­taque, c’est la dé­fense, se­lon Des­champs

Le sé­lec­tion­neur des Bleus de­vrait, face à l’Ukraine ce mercredi, re­con­duire son 3-5-2. Pour mieux fa­vo­ri­ser l’at­taque

20 Minutes (Marseille) - - LA UNE - William Pe­rei­ra

Le temps passe vite. Sa­viez-vous que le 3-5-2 en équipe de France sous Di­dier Des­champs fêtera son pre­mier an­ni­ver­saire le 17 no­vembre ? A cette date, en 2019, le sé­lec­tion­neur avait sur­pris son monde avec une dé­fense à trois contre l’Al­ba­nie. Mais en adop­tant un sché­ma ini­tia­le­ment pen­sé pour la dé­fense, le sé­lec­tion­neur offre une ou­ver­ture aux dé­trac­teurs qui lui re­prochent un prag­ma­tisme ex­ces­sif au dé­tri­ment du beau jeu. Ce dont il s’est d’ailleurs en­core dé­fen­du avant le match face à l’Ukraine, ce mercredi. « L’ob­jec­tif, c’est d’avoir le plus de maî­trise pos­sible et de mettre le plus en dif­fi­cul­té pos­sible l’ad­ver­saire, a in­di­qué Des­champs. Je pré­fère avoir le bal­lon et maî­tri­ser.» Ça n’a pas trop mal mar­ché, jus­qu’ici. Mais il faut re­con­naître qu’ali­gner Léo Du­bois et Lu­cas Digne en pis­tons contre la Suède n’était peut-être pas la meilleure fa­çon de vendre un nou­veau pro­duit dont la prin­ci­pale qua­li­té se­rait la maî­trise. « Ce 3-5-2 n’est pas pour ver­rouiller, ju­rait DD, lun­di. Ce­la vous sur­pren­dra peut-être, mais mon ob­jec­tif avec ce sys­tème est de faire en sorte de mettre les joueurs of­fen­sifs dans les meilleures dis­po­si­tions. Dans ce sys­tème, on s’est créé pas mal d’oc­ca­sions, on a mar­qué pas mal de buts.» Sept en trois matchs, on a connu pire, on a connu mieux.

Griez­mann dans l’axe

Ex­pert en tac­tique, Chris­tophe Ku­chly dis­tille son sa­voir dans le pod­cast « Vu du banc ». Pour lui, le sé­lec­tion­neur est de bonne foi. «En équipe de France, il veut faire jouer ses la­té­raux as­sez haut, mais il n’y a pas en­core les com­bi­nai­sons pour. Ça de­mande des ajus­te­ments des cir­cuits de passes. » Au fond, ce chan­ge­ment de cap cache aus­si les des­seins du Des­champs ges­tion­naire, dé­si­reux de con­ser­ver An­toine Griez­mann, trau­ma­ti­sé par son uti­li­sa­tion au Bar­ça, dans une po­si­tion axiale qu’il af­fec­tionne tant. «Là où il est le plus ef­fi­cace, c’est dans l’axe, au coeur du jeu, pour pou­voir faire du liant, dé­taille le boss des Bleus. Il a même le vo­lume pour se re­trou­ver par­fois au mi­lieu de ter­rain.»

Tou­jours est-il que le 3-5-2 n’est pas le seul sys­tème ca­pable de re­mettre Gri­zou au centre du vil­lage. Avec les nom­breux mi­lieux de ta­lent en France, pour­quoi ne pas ten­ter un mi­lieu en lo­sange plus por­té sur l’au­dace, sur la créa­ti­vi­té ? « Le lo­sange, c’est une des so­lu­tions, ré­pond Des­champs. Mais ce n’est pas les mêmes re­pères, pas le même sys­tème, avec des avan­tages et des in­con­vé­nients. C’est une op­tion que je met­trai en place à un mo­ment ou à un autre.» Chris­tophe Ku­chly y voit une in­com­pa­ti­bi­li­té ma­jeure : « J’ai ten­dance à pen­ser que, pour bien dé­fendre en bloc, tu as be­soin de joueurs sur les cô­tés au mi­lieu. Or, dans le lo­sange, les deux mi­lieux au­raient une trop grande zone à cou­vrir sur les cô­tés en phase dé­fen­sive, et j’ai du mal à voir comment un lo­sange peut ne pas ex­po­ser les la­té­raux.» La dé­fense, tou­jours la dé­fense.

De­puis quelques mois, Des­champs pri­vi­lé­gie un sys­tème à trois dé­fen­seurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.