Le jar­di­nier face aux ju­rés

Jean-Louis Cay­rou est ju­gé en ap­pel pour as­sas­si­nat

20 Minutes (Montpellier) - - Grand Montpellier - Jé­rôme Dies­nis

Le 30 mai 2016, il avait été condam­né à trente ans de ré­clu­sion, as­sor­tis d’une pé­riode de vingt an­nées de sû­re­té, par les ju­rés de la cour d’as­sises de l’Avey­ron. Deux ans plus tard, Jean-Louis Cay­rou est de re­tour face à la jus­tice. Il est ju­gé en ap­pel de­vant la cour d’as­sises de l’Hé­rault à comp­ter de ce lun­di, pour le meurtre de Pa­tri­cia Wil­son, un acte qu’il a tou­jours nié avoir com­mis.

Liai­son avec la vic­time

L’af­faire avait eu un énorme re­ten­tis­se­ment dans l’Avey­ron. Cette res­sor­tis­sante bri­tan­nique avait dis­pa­ru le 14 août 2012 de son do­mi­cile des Landes-Basses, sur la com­mune de Vabre-Ti­zac. De très nom­breuses traces de sang avaient été re­trou­vées à son do­mi­cile, mais aus­si de l’ADN de la vic­time sur des ob­jets ayant ap­par­te­nu à Jean-Louis Cay­rou, dont le corps pré­sen­tait des traces de grif­fures au mo­ment de son ar­res­ta­tion. Ce jar­di­nier, qui tra­vaillait pour de nom­breux pro­prié­taires an­glais de la ré­gion, avait en­tre­te­nu une liai­son avec la vic­time. Celle-ci au­rait an­non­cé son in­ten­tion d’y mettre fin quelques jours avant sa dis­pa­ri­tion. Le corps de Pa­tri­cia Wil­son n’a ja­mais été re­trou­vé. De­vant la cour d’as­sises de l’Avey­ron, l’avo­cat de Jean-Louis Cay­rou, Jacques Lé­vy, avait dé­non­cé une ins­truc­tion me­née à charge et dé­fen­du l’in­no­cence de son client, pour le­quel il avait de­man­dé la re­laxe lors du pro­cès de­vant la cour d’as­sises. C’est la thèse du crime pas­sion­nel qui avait été dé­fen­due avec suc­cès à Ro­dez par l’avo­cat gé­né­ral Ma­non Bri­gnol et la par­tie ci­vile. Le ver­dict de ce pro­cès en ap­pel est at­ten­du pour ven­dre­di.

Jean-Louis Cay­rou, le 23 mai 2016, lors de son pre­mier pro­cès, à Ro­dez.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.