« J’ai sur­tout ap­pris sur les autres »

20 Minutes (Montpellier) - - Week-end - B.C.

Le style im­porte peu pour moi (li­tote). Je m’échine à por­ter des vê­te­ments pra­tiques qui me rendent à peu près in­vi­sible. C’est pour­quoi ce dé­fi ba­nane m’ex­po­sait au crime d’ex­cen­tri­ci­té ves­ti­men­taire. Pen­dant une se­maine, j’ai dû ex­pli­quer la pré­sence de cette ba­nane avec le duo d’ar­gu­ment « c’est à la mode » (cré­di­bi­li­té dans ma bouche = néant) et « c’est pra­tique ». Or ma ba­nane a un gros dé­faut (en plus d’être hi­deuse) : elle n’est pas pra­tique. La fer­me­ture éclair est mer­dique et je manque de me luxer l’épaule à chaque fois que je l’ouvre. Mais, le plus dur, c’est le re­gard des autres. Il y a les pas­sants dans la rue qui vous fixent le pu­bis d’un air dé­goû­té, il y a les amis qui ré­vèlent leur sa­disme pas­sif-agres­sif : « C’est tout à fait toi », il y a Cy­ril Ha­nou­na qui vous sa­lue en dé­but d’in­ter­view d’un : « Stylé, Ben­ji ! » Eton­nam­ment, cer­tains mi­lieux ac­ceptent mieux cette hor­reur. Pas de re­marques et peu de re­gards à un ver­nis­sage d’ex­po d’art contem­po­rain. Même chose au lan­ce­ment d’un livre dans une li­brai­rie bo­bo du 20e ar­ron­dis­se­ment pa­ri­sien. Le bi­lan de l’ex­pé­rience n’est pas nuan­cé : c’était pé­nible, et cette ba­nane va im­mé­dia­te­ment re­tour­ner au néant. J’ai­me­rais dire que j’ai beau­coup ap­pris sur moi-même mais j’ai sur­tout ap­pris sur les autres : vous n’êtes pas gen­tils avec les gens mal ha­billés.

« Le bi­lan de cette ex­pé­rience n’est pas nuan­cé : c’était pé­nible. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.