Le Pog­ba nou­veau est ar­ri­vé

Coupe du monde De­puis le dé­but de la com­pé­ti­tion, le mi­lieu de ter­rain fran­çais est trans­for­mé, aus­si bien sur le ter­rain qu’en de­hors

20 Minutes (Montpellier) - - SPORTS - De notre en­voyé spé­cial à Ni­j­ni Nov­go­rod (Rus­sie), Ni­co­las Ca­mus

Quoi qu’il ar­rive ce ven­dre­di face à l’Uru­guay, cette Coupe du monde res­te­ra comme un mo­ment mar­quant dans la car­rière de Pog­ba en Bleu. Cri­ti­qué pour ses per­for­mances et son at­ti­tude, le mi­lieu de ter­rain est en train d’ar­ri­ver là où tout le monde l’at­ten­dait : dans un rôle d’exemple. Avant le dé­but de la com­pé­ti­tion, nous avions nous-mêmes écrit un ar­ticle dans le­quel nous es­sayions de mettre sur la table tout ce pour­quoi « avec Pog­ba, il y a tou­jours dé­bat». En trois se­maines, beau­coup de choses ont chan­gé. Et ce­la vient d’abord de lui. « Il a tou­jours été le même, un bon vi­vant avec beau­coup de ta­lent, ap­puie Ma­tui­di. Ce qui a chan­gé, c’est au ni­veau du groupe. C’est de­ve­nu un vrai pa­tron. Il dé­gage ce truc-là, par ses per­for­mances et par ses pa­roles. Il est très écou­té.» Tous les joueurs in­ter­ro­gés à son su­jet disent à peu près la même chose. Même si la louange est tou­jours bien vue quand on parle du co­pain de­vant les mé­dias, on a le droit de pen­ser qu’il y a un fond de vrai.

« Il a le mot juste, sur la men­ta­li­té, les sa­cri­fices. »

Le dé­fen­seur Adil Ra­mi

Et ça cor­ro­bore ce que l’on a ob­ser­vé sur le ter­rain. Face à l’Aus­tra­lie, il a été le seul à se re­bel­ler, quand les autres fai­saient sem­blant de ne pas voir que ça pa­tau­geait sé­vère. Il n’a pas bais­sé de pied de­puis. Dans tous les matchs, on l’a vu râ­ler, mo­ti­ver, re­pla­cer, en­cou­ra­ger, en­gueu­ler. Un com­por­te­ment qu’il a aus­si dans le ves­tiaire, ra­conte Ra­mi : « C’est vrai qu’il a chan­gé. Sou­vent, il a le mot juste, sur la men­ta­li­té, les sa­cri­fices, les ef­forts. C’est quel­qu’un d’im­por­tant qui, se­lon moi, doit être un lea­der. Je le vois bien dans ce rôle.»

Lui aus­si, de plus en plus. Quand il l’avait dit avant le Mon­dial, on lui était tom­bé des­sus. Il y a un truc qui ne col­lait pas. Mais son com­por­te­ment vis-à-vis de l’ex­té­rieur a chan­gé et notre res­sen­ti aus­si. De­puis le dé­but de la com­pé­ti­tion, Pog­ba est ve­nu cinq fois face aux mé­dias. A peine croyable, quand on sait que ça fai­sait quatre ans qu’on at­ten­dait de le voir. Il a choi­si d’af­fron­ter les cri­tiques en face, et de mon­ter au front pour dé­fendre ses co­équi­piers quand c’est né­ces­saire. « Je veux ou­blier les cri­tiques, prendre du plai­sir, di­sait-il en confé­rence de presse. Je veux vrai­ment ga­gner ce Mon­dial, et je suis prêt à tout don­ner pour cette équipe de France. Etre un lea­der, ça doit ve­nir na­tu­rel­le­ment. » Ces pro­pos au­ront plus de poids si la France at­teint le der­nier car­ré de cette Coupe du monde, ou mieux, mais ça ne chan­ge­ra pas le fond de l’af­faire. « Il a pris conscience de ce qu’il pou­vait de­ve­nir dans cette équipe, juge Ma­tui­di. Je pense qu’il n’a pas fi­ni de nous sur­prendre. »

Sur la pe­louse, Pog­ba ha­rangue les troupes et n’hé­site pas à don­ner de la voix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.