Cris­tia­no Ro­nal­do risque gros

20 Minutes (Montpellier) - - SPORTS - De notre cor­res­pon­dant en Ca­li­for­nie, Phi­lippe Ber­ry

Le quin­tuple Bal­lon d’or dans la tour­mente. Alors qu’une Amé­ri­caine de 34 ans ac­cuse Cris­tia­no Ro­nal­do de l’avoir vio­lée en 2009, il a ré­agi sur Twit­ter, mer­cre­di, « niant fer­me­ment ». De son cô­té, la po­lice de Las Ve­gas a rou­vert son en­quête, et les avo­cats de l’ac­cu­sa­trice cherchent à faire an­nu­ler l’ac­cord de confi­den­tia­li­té né­go­cié par la star de la Ju­ven­tus contre le ver­se­ment de 375 000 $ en 2010. Peut-on al­ler jus­qu’à un pro­cès ? Se­lon War­ren Gel­ler, avo­cat pé­na­liste à Las Ve­gas, « ob­te­nir une convic­tion des an­nées après est plus com­pli­qué. Mais, avec #MeToo, les men­ta­li­tés du pu­blic et des ju­rés sont en train de chan­ger.»

Une re­la­tion « consen­tie » ?

Après le meurtre, le viol est le crime le plus grave dans le Code pé­nal du Ne­va­da, pas­sible de la pri­son à vie. La po­lice de Las Ve­gas a confir­mé à 20 Mi­nutes que l’en­quête a été rou­verte à la suite «de nou­velles in­for­ma­tions four­nies » par la vic­time. L’exa­men mé­di­cal pra­ti­qué à l’époque a été conser­vé, et il n’y a pas de pres­crip­tion. Si le dos­sier est so­lide, le bu­reau du pro­cu­reur ten­te­ra d’ob­te­nir l’in­cul­pa­tion de Ro­nal­do, soit de­vant un juge, soit de­vant un « grand ju­ry ». Se­lon Der Spie­gel, Ro­nal­do au­rait af­fir­mé à ses avo­cats que la re­la­tion sexuelle était « consen­tie ». Mais lors d’un té­moi­gnage pré­cé­dent, il au­rait don­né des dé­tails dif­fé­rents. «Si Ro­nal­do avoue que son ac­cu­sa­trice a dit “non” ou “ar­rête” plu­sieurs fois, ce­la pour­rait en­dom­ma­ger sa dé­fense », es­time Gel­ler.

Cris­tia­no Ro­nal­do a nié « fer­me­ment » les ac­cu­sa­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.