Bol­so­na­ro sif­fle­ra la fin de la cor­rup­tion, se­lon ses par­ti­sans

Bré­sil Grand fa­vo­ri, le can­di­dat d’ex­trême droite a rem­por­té la pré­si­den­tielle

20 Minutes (Montpellier) - - NEWS - A Rio de Ja­nei­ro, Co­ren­tin Chau­vel

« Je n’y crois pas, c’était lui. » Di­manche ma­tin, au bord de la plage de Bar­ra da Ti­ju­ca, à Rio, deux re­trai­tées pleurent à chaudes larmes. Elles viennent d’aper­ce­voir Jair Bol­so­na­ro, alors grand fa­vo­ri du se­cond tour face à Fer­nan­do Had­dad, le can­di­dat du Par­ti des tra­vailleurs (PT) de l’ex-pré­sident Lu­la. Et de­puis élu (lire l’en­ca­dré).

«Un Bré­sil sans cor­rup­tion»

Le can­di­dat d’ex­trême droite à la pré­si­den­tielle bré­si­lienne, qui vient de vo­ter, rentre chez lui dans un convoi de voi­tures de la po­lice fé­dé­rale. Après un temps d’hé­si­ta­tion, Jair Bol­so­na­ro fi­nit par sor­tir de sa voi­ture blin­dée pour sa­luer la foule de­vant sa ré­si­dence. L’ac­cueil est digne de ce­lui d’une rock star, ça crie « Mi­to » – « Mythe », le sur­nom don­né par ses par­ti­sans – ça klaxonne, le tout dans une am­biance de stade de foot­ball. Pour la plu­part de ses par­ti­sans, le plus im­por­tant, c’est de se dé­bar­ras­ser du PT qui risque, se­lon eux, de trans­for­mer le Bré­sil en Ve­ne­zue­la ou Cu­ba. « Vous êtes vé­né­zué­lien ? Non ? Alors ça va, si­non je vous au­rais ta­pé », pré­vient Iva­nete, une femme de mé­nage de 48 ans ori­gi­naire du Pa­ra, Etat pauvre du nord du Bré­sil. « Pour nous qui souf­frons le plus, quel­qu’un d’hon­nête et qui ne vole pas comme Bol­so­na­ro doit chan­ger cette merde », pes­tet-elle avant de re­joindre une troupe de ma­mies en tee-shirt à l’ef­fi­gie de Bol­so­na­ro.

Elles viennent d’ache­ter cet ac­cou­tre­ment chez Pa­blo et Ca­ta­ri­na. « On en a ven­du plus de 1 000 de­puis le dé­but de la cam­pagne et au moins 400 rien que ce week-end », sou­rit Ca­ta­ri­na. Ana Rays­sa et Eri­co, en va­cances à Rio, re­partent avec une de­mi-dou­zaine de ces tee-shirts. Pour la jeune femme, Bol­so­na­ro « re­pré­sente un Bré­sil sans cor­rup­tion » avec les meilleures pro­po­si­tions « pour la fa­mille et la sé­cu­ri­té pu­blique ». Quid de ses dé­bor­de­ments ra­cistes, ho­mo­phobes et mi­so­gynes ? «Bol­so­na­ro dit beau­coup de conne­ries, mais il a un bon coeur », es­time Ro­ber­to. Lui qui avait vo­té pour la can­di­date éco­lo­giste Ma­ri­na Sil­va à la der­nière pré­si­den­tielle est prag­ma­tique : « Le Bré­sil a be­soin de Jair Bol­so­na­ro. Mais, s’il échoue, on s’en dé­bar­ras­se­ra dans quatre ans. »

Jair Bol­so­na­ro a été ac­cueilli chez lui comme une rock star par ses par­ti­sans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.