Un des­sin in­cer­tain

Co­mic Con Les au­teurs fran­çais ten­tés par le co­mics doivent s’at­tendre à pas mal de ga­lère et, s’ils réus­sissent, énor­mé­ment de tra­vail

20 Minutes (Montpellier) - - NEWS - Ben­ja­min Cha­pon

Pas fa­cile pour un des­si­na­teur de co­mics fran­çais de se faire une place sur le mar­ché. Des heu­reux élus, croi­sés au Co­mic Con Pa­ris ce week-end, livrent leurs conseils.

Pas trop le choix. Les plus de 600 titres co­mics édi­tés en France l’an der­nier sont à une écra­sante ma­jo­ri­té des tra­duc­tions de titres amé­ri­cains. Alors, les au­teurs fran­çais rê­vant d’en des­si­ner doivent to­quer à la porte des édi­teurs an­glo-saxons. C’est ce que fe­ra bien­tôt Ma­ri­na, croi­sée au Co­mic Con Pa­ris, dont la qua­trième édi­tion a eu lieu ce week-end. Elle se te­nait dans la longue file d’at­tente pour une dé­di­cace d’Oli­vier Coi­pel, des­si­na­teur fran­çais et star aux Etats-Unis, no­tam­ment pour son tra­vail sur le per­son­nage de Thor. Ap­pren­tie illus­tra­trice aux Beaux-Arts, elle rêve de per­cer dans le des­sin de co­mics de su­per-hé­ros : « J’ai contac­té des di­zaines de des­si­na­teurs free lance qui tra­vaillent bien. Ils m’ont tous dit que je de­vrais bos­ser très dur pour avoir un top ni­veau. » Autre mo­tif d’in­quié­tude pour la jeune des­si­na­trice, tous les au­teurs confir­més qu’elle a contac­tés ont eu leur pre­mier bou­lot « sur un coup de pot ». C’est le cas d’El­sa Char­re­tier, des­si­na­trice au­jourd’hui re­con­nue aux Etats-Unis (sur « Har­ley Quinn » ou « La Guêpe ») : « George R. R. Mar­tin [l’au­teur du Trône de fer] a vu mon blog et… il m’a de­man­dé d’illus­trer un de ses ro­mans gra­phiques. Je n’ai pas eu à ga­lé­rer aus­si long­temps que d’autres des­si­na­teurs très doués. »

« Tra­vailler son port­fo­lio »

A Ma­ri­na, Oli­vier Coi­pel donne un seul conseil : « Tra­vailler son port­fo­lio.» Pour se faire re­mar­quer, il faut dé­ve­lop­per un style ori­gi­nal, voire plu­sieurs si pos­sible, parce que les édi­teurs re­cherchent des ta­lents lit­té­ra­le­ment « hors du com­mun ». En France, très peu de des­si­na­teurs ont per­cé dans le co­mics. Et dans cette spé­cia­li­té, beau­coup sont pré­caires. Les édi­teurs pré­sents au Co­mic Con Pa­ris ont d’ailleurs consta­té « la naï­ve­té » des ques­tions des ap­pren­tis des­si­na­teurs ve­nus pré­sen­ter leur tra­vail. El­sa Char­re­tier, qui ré­side en France, confesse que sa vie de des­si­na­trice n’est « pas très gla­mour. Je ne fais que ça, tous les jours : des­si­ner. Le co­mics US est sy­no­nyme de pu­bli­ca­tion hy­per ra­pide, par­fois in­fer­nale. Faire 22 pages par mois, c’est dif­fi­cile. L’en­du­rance, c’est la clé pour sa­voir du­rer dans le mé­tier. »

OEuvre réa­li­sée par Ni­kho, vain­queur du prix Jeunes Ta­lents co­mics, lors du Co­mic Con Pa­ris 2017. A nos lec­teurs. Votre jour­nal re­vient le lun­di 5 no­vembre. En at­ten­dant, re­trou­vez « 20 Mi­nutes » en ver­sion PDF sur le site et les ap­pli­ca­tions mo­biles. Et sui­vez l’ac­tua­li­té sur l’en­semble de nos sup­ports nu­mé­riques.

Les Fran­çais Oli­vier Coi­pel et El­sa Char­re­tier ont per­cé aux Etats-Unis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.