Trop sté­réo­ty­pé, le per­son­nage d’Apu écar­té de la sé­rie

Trop sté­réo­ty­pé, le per­son­nage est source de stig­ma­ti­sa­tions pour la com­mu­nau­té in­dienne aux Etats-Unis

20 Minutes (Montpellier) - - LA UNE - Clio Wei­ckert

Après vingt-huit ans de ser­vice, Apu Na­ha­sa­pee­ma­pe­ti­lon va plier bou­tique. Per­son­nage ré­cur­rent des « Simp­son », l’épi­cier in­dien de­vrait bien­tôt faire ses adieux à la sé­rie, comme l’a ré­vé­lé Adi Shan­kar, pro­duc­teur et sho­wrun­ner de la sé­rie « Cast­le­va­nia ». Ca­ri­ca­tu­ral, vé­hi­cu­lant des cli­chés ra­cistes, Apu n’au­rait plus sa place à Spring­field.

Il y a près d’un an, Ha­ri Kon­da­bo­lu ti­rait la son­nette d’alarme avec

The Pro­blem with Apu. Dans ce do­cu­men­taire, le co­mé­dien amé­ri­cain né de pa­rents in­diens ré­vé­lait pour­quoi ce per­son­nage lui sem­blait pro­blé­ma­tique et com­ment il en avait souf­fert du­rant l’en­fance. « Les autres en­fants imi­taient l’ac­cent d’Apu et sor­taient ses phrases types, ex­pli­quait-il no­tam­ment. Bien sûr qu’il est drôle, mais ça ne veut pas dire que c’est une re­pré­sen­ta­tion exacte, ou juste, ou jus­ti­fiée. » Pré­sent dans « Les Simp­son » de­puis 1990, Apu a pen­dant long­temps été l’un des seuls per­son­nages d’ori­gine in­dienne dans un show grand pu­blic à la té­lé­vi­sion amé­ri­caine. Mais, pour Ha­ri Kon­da­bo­lu, le per­son­nage bour­ré de cli­chés (ac­cent très pro­non­cé, père de huit en­fants...) mon­trait « le cô­té in­si­dieux du ra­cisme, parce qu’on ne le re­marque pas même quand il est juste de­vant nous. Il de­vient tel­le­ment nor­mal qu’on n’y pense même pas. »

Concours de scé­na­rio

The Pro­blem with Apu a eu de telles ré­per­cus­sions que les scé­na­ristes des « Simp­son » y ont ré­pon­du dans un épi­sode en avril der­nier. Marge ten­tait de re­lire à Li­sa une his­toire de son en­fance en re­ti­rant les cli­chés ra­cistes. La pe­tite fille y di­sait no­tam­ment : « Quelque chose qui a com­men­cé il y a plu­sieurs di­zaines d’an­nées et était ap­plau­di et in­of­fen­sif est de­ve­nu po­li­ti­que­ment in­cor­rect. Que peut-on y faire ? » Le tout avec un zoom sur le por­trait d’Apu sur la table de che­vet de Li­sa.

En fin de se­maine, Adi Shan­kar ré­vé­lait au site In­dieWire avoir pour­tant plan­ché sur l’évo­lu­tion d’Apu. En avril, le pro­duc­teur avait lan­cé un concours de scénarios pour faire de ce per­son­nage « créé par des hommes blancs do­mi­nants d’Har­vard », « une re­pré­sen­ta­tion fraîche, drôle et réa­liste des In­diens aux Etats-Unis ». Lau­réat du grand prix de ce concours, Vi­shaal Buch pro­po­sait no­tam­ment de faire évo­luer Apu en « homme d’af­faires flo­ris­sant ». Un « scé­na­rio par­fait », se­lon Adi Shan­kar, qui dé­plore dé­sor­mais que « Les Simp­son » aient pris la dé­ci­sion de se sé­pa­rer de ce per­son­nage. Sur Twit­ter, Al Jean, sho­wrun­ner de la sé­rie, n’a pas dé­men­ti l’in­for­ma­tion, mais a te­nu à pré­ci­ser qu’Adi Shan­kar « ne par­lait pas au nom des Simp­son ». Ce­pen­dant, les jours d’Apu Na­ha­sa­pee­ma­pe­ti­lon aux cô­tés des ha­bi­tants de Spring­field semblent bel et bien comp­tés.

Apu était un des pre­miers per­son­nages in­diens à la té­lé­vi­sion amé­ri­caine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.