Sé­go­lène Royal pour­rait re­gar­der vers les eu­ro­péennes

Cour­ti­sée par le PS, l’ex-mi­nistre laisse pla­ner le doute sur son éven­tuel re­tour aux af­faires

20 Minutes (Montpellier) - - LA UNE - Thi­baut Che­vil­lard

Sé­go­lène Royal par-ci, Sé­go­lène Royal par-là. De­puis plu­sieurs jours, l’ex-mi­nistre so­cia­liste mul­ti­plie les ap­pa­ri­tions mé­dia­tiques. Et sort ce mer­cre­di Ce que je peux en­fin vous dire (Fayard), « le ré­cit de sou­ve­nirs d’une femme po­li­tique dans un monde d’hommes et d’une femme éco­lo­giste dans un monde de lob­bys. Je lève la loi du si­lence », a-t-elle confié au Fi­ga­ro dans un en­tre­tien pu­blié di­manche. Au­tant de fa­çons de pré­pa­rer une éven­tuelle can­di­da­ture aux élec­tions eu­ro­péennes de 2019 ? La carte de l’éco­lo­gie Ac­tuel­le­ment «am­bas­sa­drice char­gée de la né­go­cia­tion in­ter­na­tio­nale pour les pôles arc­tique et an­tarc­tique », Sé­go­lène Royal se plaît à lais­ser pla­ner le doute. « De­ve­nir dé­pu­tée eu­ro­péenne, ce n’est pas du tout dans mes plans », a-t-elle ex­pli­qué au JDD le week-end pas­sé. Tou­te­fois, a-t-elle ajou­té, « s’il y a des évé­ne­ments po­li­tiques, des choses qui ras­semblent, je ré­flé­chi­rai avec celles et ceux qui ont des pro­po­si­tions ». En tout cas, celle qui a fait sa­voir qu’elle an­non­ce­rait sa dé­ci­sion en jan­vier est dé­jà sol­li­ci­tée par le PS pour être sa tête de liste aux eu­ro­péennes en mai. « Elle fe­rait une for­mi­dable can­di­date», es­time Fran­çoise De­gois, qui fut « conseillère spé­ciale » au ca­bi­net de la pré­si­dente de la ré­gion Poi­touC­ha­rentes. Avant de pré­ci­ser : « Elle a une pa­role écou­tée. C’est quel­qu’un de puis­sant po­li­ti­que­ment, elle peut en­traî­ner avec elle beau­coup de monde. » Des cen­tristes, des so­cia­listes, comme des éco­lo­gistes. Luc Car­vou­nas abonde. Le dé­pu­té du Val-de-Marne a ré­cem­ment ren­con­tré Sé­go­lène Royal. Il a évo­qué avec elle « la pos­si­bi­li­té qu’elle puisse être la can­di­date d’un large ras­sem­ble­ment ». Il « mi­lite » pour qu’elle soit tête de liste « d’une gauche arc-en­ciel », comme le nom qu’il a don­né à son cou­rant. « Je l’ai sen­tie at­ten­tive à l’échange que nous avions », ajoute le dé­pu­té, es­ti­mant qu’elle fait « consen­sus » dans les rangs de la gauche. « Elle peut nous être utile. C’est une femme d’Etat. » Sur­tout, sou­ligne-t-il, elle a une « vraie cré­di­bi­li­té » sur les su­jets éco­lo­giques « qui vont ir­ri­guer tous les dé­bats » dans les pro­chaines se­maines. L’an­cienne mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment ne manque d’ailleurs ja­mais une oc­ca­sion de dé­zin­guer la po­li­tique du gou­ver­ne­ment. «Il n’y a pas une se­maine où il n’y a pas un re­cul sur l’éco­lo­gie, a-t-elle lan­cé sur RTL la se­maine der­nière. On com­prend mieux la dé­mis­sion de Ni­co­las Hu­lot, parce qu’il avait pres­sen­ti les dé­gra­da­tions sur les ques­tions en­vi­ron­ne­men­tales. Il sa­vait ce qui al­lait se pas­ser. » Alors, ira ou ira pas ? Sé­go­lène Royal avait dé­cla­ré mi-oc­tobre sur LCI qu’elle n’avait « ni en­vie ni pour ob­jec­tif » de re­prendre les « com­bats élec­to­raux ». Au­jourd’hui, elle semble prendre le temps de la ré­flexion. « Ce qu’elle veut, sur­tout, c’est ne pas brû­ler les étapes, avance Fran­çoise De­gois. Nous ne sommes qu’en no­vembre, on a tout le temps. Elle sor­ti­ra le mo­ment ve­nu. »

Sé­go­lène Royal n’écarte pas la pos­si­bi­li­té de se pré­sen­ter aux élec­tions eu­ro­péennes en mai.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.