Le plan de l’Open de Mont­pel­lier pour at­ti­rer Mur­ray

Ex-nu­mé­ro un mon­dial, Mur­ray par­ti­ci­pe­ra au tour­noi mont­pel­lié­rain en 2019

20 Minutes (Montpellier) - - NEWS - Jé­rôme Dies­nis

C’est le plus gros coup réa­li­sé à Mont­pel­lier par TV Sport Events, l’or­ga­ni­sa­teur de l’Open Sud de France. An­dy Mur­ray, n° 1 mon­dial en 2016, vain­queur des JO et de trois tour­nois du Grand Che­lem, se­ra la tête d’af­fiche du tour­noi dis­pu­té du 5 au 11 fé­vrier 2019 à la Sud de France Are­na. « C’est le fruit d’un tra­vail de huit édi­tions, qui per­met au tour­noi d’avoir une vraie lé­gi­ti­mi­té y com­pris au­près des très grands joueurs, sa­voure Sa­mir Boud­je­maa, di­rec­teur gé­né­ral de TV Sport Events. Faire ve­nir An­dy Mur­ray, c’est une com­bi­nai­son de re­nom­mée et de per­sé­vé­rance. » Car, chaque an­née, le di­rec­teur du tour­noi Sé­bas­tien Gros­jean, ap­proche les joueurs qu’il conti­nue de cô­toyer ré­gu­liè­re­ment sur le cir­cuit, no­tam­ment en qua­li­té de consul­tant sur la chaîne beIN Sports.

Le ca­len­drier de l’ATP est ré­gi par des règles strictes, avec quatre ca­té­go­ries de tour­nois (en plus de la Coupe Da­vis et les Mas­ters) : les Grands Che­lems (Open d’Aus­tra­lie, Ro­landGar­ros, Wim­ble­don et l’US Open), les neuf Mas­ters 1000, les treize ATP 500 et les 40 ATP 250. Si les prin­ci­pales têtes d’af­fiche sont obli­gées, sauf bles­sure, de s’ali­gner aux Mas­ters 1000 et sur les Grands Che­lems, leur par­ti­ci­pa­tion aux autres tour­nois est lais­sée à leur dis­cré­tion. Opé­ré de la hanche dé­but 2018, An­dy Mur­ray est tom­bé à la 832e place mon­diale, avant d’en­ta­mer un lent re­tour vers les som­mets. Ac­tuel­le­ment 263e à l’ATP, l’Ecos­sais rêve, à 31 ans d’un des­tin à la Djokovic, re­ve­nu nu­mé­ro un mon­dial après dix-huit mois de ga­lères. « Mont­pel­lier est bien po­si­tion­né sur le ca­len­drier, après l’Open d’Aus­tra­lie et le dé­but de la sai­son in­door en Eu­rope. Ça a “mat­ché” avec An­dy, parce que ça cor­res­pond bien à son pro­gramme et son be­soin de re­trou­ver le rythme des matchs », évoque le Di­rec­teur gé­né­ral de TV Sport Events. Il y a quelques an­nées, Ra­fael Na­dal avait ef­fec­tué la même dé­marche sur la terre bat­tue de Mar del Pla­ta, un ATP 250 alors dis­pu­té aux mêmes dates que Mont­pel­lier.

Mais faire ve­nir un tel joueur, même en­ga­gé dans une dé­marche de re­tour au pre­mier plan, n’est pas gra­tuit. Le mon­tant n’a pas été dé­voi­lé par les or­ga­ni­sa­teurs. Parce que sa simple pré­sence place le tour­noi dans une autre di­men­sion. De la BBC à Sky, les grands mé­dias bri­tan­niques ont tous re­layé l’in­for­ma­tion. «Ça per­met de si­tuer Mont­pel­lier et l’Oc­ci­ta­nie sur une carte à l’in­ter­na­tio­nal », re­prend Sa­mir Boud­je­maa. Et boos­ter la billet­te­rie, alors que chaque an­née le tour­noi bat son re­cord de spec­ta­teurs.

«Faire ve­nir An­dy à Mont­pel­lier, c’est une com­bi­nai­son de notre re­nom­mée et de per­sé­vé­rance. » Sa­mir Boud­je­maa

Double vain­queur de Wim­ble­don, l’Ecos­sais se­ra à Mont­pel­lier en fé­vrier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.