Des as­so­cia­tions s’in­ves­tissent pour ai­der le CHU

San­té Une cen­taine d’as­so­cia­tions ap­portent leur aide de di­verses fa­çons au CHU, dont une qua­ran­taine en pé­dia­trie

20 Minutes (Montpellier) - - NEWS - Jé­rôme Dies­nis

Elles sont par­tout et in­vi­sibles à la fois. En­vi­ron 110 as­so­cia­tions in­ter­viennent au­près des ser­vices du CHU de Mont­pel­lier. Cer­taines di­rec­te­ment au­près des pa­tients, en don­nant de leur temps, d’autres de fa­çon in­di­recte en sou­te­nant fi­nan­ciè­re­ment ou en ma­té­riel les pro­jets du CHU. Deux d’entre elles étaient mises à l’hon­neur jeu­di aux ur­gences de l’hô­pi­tal La­pey­ro­nie. A tra­vers elles, ce sont toutes les as­so­cia­tions qui ouvrent bé­né­vo­le­ment au CHU que 20 Mi­nutes a sou­hai­té mettre en lu­mière, à tra­vers un échan­tillon de cinq as­so­cia­tions qui s’en­gagent au­près des ser­vices pé­dia­triques.

Les blouses roses. Elles sont re­con­nais­sables à la cou­leur de leur blouse. Tou­jours par trois, la tren­taine de bé­né­voles pro­pose chaque

Vmer­cre­di des ac­ti­vi­tés lu­diques aux ur­gences. « On est là pour leur faire pas­ser le temps, sou­lignent Aline Crimes et Gi­sèle Hoog­stoel, membres de l’as­so­cia­tion des Blouses roses. Ça per­met d’ap­por­ter du sou­rire dans un mi­lieu an­xio­gène. » L’as­so­cia­tion a fi­nan­cé quatre pan­neaux in­ter­ac­tifs qui per­mettent de ré­soudre des énigmes dans la salle d’at­tente.

Es­poir et En­traides. L’as­so­cia­tion a re­mis jeu­di au CHU deux dis­po­si­tifs Ac­cu­vein qui per­mettent de fa­ci­li­ter la ponc­tion vei­neuse en vi­sua­li­sant les veines par in­fra­rouge. « Chaque ap­pa­reil coûte 5 500 €. Quand on s’est lan­cé dans cette aven­ture, on sou­hai­tait pour­voir ap­por­ter une aide lo­cale, tou­cher du doigt le ré­sul­tat », pré­cise Di­dier Ca­brol, son pré­sident.

Le Rire mé­de­cin. De­puis vingt­cinq

VVans, l’as­so­cia­tion est pré­sente au CHU de Mont­pel­lier. Des clowns in­ter­viennent au­près des en­fants pour leur re­don­ner le sou­rire et les ai­der à sur­mon­ter les épreuves de la vie. « Ils sont une qua­ran­taine de bé­né­voles que l’on forme avant de les en­voyer sur le ter­rain. Nous sommes pré­sents six jours sur sept », dé­taille Agnès Bla­zin, de l’as­so­cia­tion Le Rire mé­de­cin. A leurs cô­tés, trois clowns pro­fes­sion­nels. « Ils sont pré­sents pour les en­fants qui ont un trai­te­ment plus lourd et les ac­com­pagnent tout au long du trai­te­ment de la ma­la­die. »

Douce’Heure. L’as­so­cia­tion in­ter­vient pour le bien-être des en­fants et

Vde leur fa­mille. Trois pro­fes­sion­nels (so­cioes­thé­ti­cienne et art-thé­ra­peute) payés par l’as­so­cia­tion, pro­posent des mas­sages mais aus­si de ma­quiller, po­ser du ver­nis, prendre soin des en­fants. Les membres de la fa­mille peuvent aus­si être mas­sés, éga­le­ment par la ving­taine de bé­né­voles for­més par l’as­so­cia­tion.

Haut les coeurs ! D’abord créée pour of­frir des loi­sirs aux en­fants hos­pi­ta­li­sés, l’as­so­cia­tion « ré­pond au­jourd’hui à tous les be­soins des en­fants et de leur fa­mille, de l’achat d’un tire-lait à ce­lui d’un parc », dé­taille Bet­ty Mi­got, la pré­si­dente.

V

L’as­so­cia­tion Es­poir et En­traides a re­mis l’équi­valent de 11000 € au CHU.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.