Ro­cky Bal­boa soigne sa sor­tie dans « Creed II »

Syl­ves­ter Stal­lone et son pou­lain se re­trouvent dans «Creed II», une suite réus­sie qui ne manque pas de punch

20 Minutes (Montpellier) - - ACTUALITÉ - Ca­ro­line Vié

Ro­cky Bal­boa, alias Syl­ves­ter Stal­lone, et son pou­lain in­car­né par Mi­chael B. Jor­dan sont de re­tour dans Creed II de Ste­ven Caple Jr., suite du film réa­li­sé par Ryan Coo­gler en 2015. Le cham­pion a pris de la bou­teille et doit com­po­ser entre sa vie pri­vée et sa car­rière. Quand sur­vient un nou­veau dé­fi. Après la réus­site de Creed, l’Hé­ri­tage de Ro­cky Bal­boa, on au­rait pu craindre un deuxième vo­let moins am­bi­tieux. Il n’en est rien. Le scé­na­rio, co­si­gné par Syl­ves­ter Stal­lone, fait le bon­heur des fans de «Ro­cky» et de «Creed», tan­dis que la mise en scène du réa­li­sa­teur de The Land fait mouche.

V Du pas­sé et du pré­sent... Mi­chael B. Jor­dan, vu l’an pas­sé dans Black Pan­ther, est tou­jours aus­si cha­ris­ma­tique, qu’il soit fort (sur le ring) ou vul­né­rable (avec son épouse, jouée par Tes­sa Thomp­son). Dolph Lund­gren est aus­si de re­tour dans la sa­ga puis­qu’il re­prend son rôle d’Ivan Dra­go, créé pour Ro­cky IV. Il re­vient avec son fis­ton, aus­si tei­gneux qu’il l’était lui-même en 1985. C’est le vrai boxeur Flo­rian Mun­tea­nu qui joue le rôle. Et il est im­po­sant, très im­po­sant, même. On au­rait tort de vou­loir le contra­rier tant il dé­gage une im­pres­sion de force in­des­truc­tible.

V De la sueur... Bien sûr, les com­bats sont su­perbes ! C’est le moins qu’on pou­vait at­tendre d’un tel film. Mais le sus­pense reste fort sur le ring quand Creed af­fronte son ad­ver­saire de 1,93 m pour 111 kg. « Il fal­lait qu’il se fasse dé­mo­lir par plus cos­taud que lui», ex­plique Syl­ves­ter Stal­lone dans le dos­sier de presse. Mi­chael B. Jor­dan en bave pen­dant les af­fron­te­ments. Il a failli tom­ber K.-O. mal­gré l’en­traî­ne­ment qu’il a su­bi. Le spec­ta­teur le sent. Il prend (presque) les coups avec lui, sur­tout lors des sé­quences fi­nales, qui se dé­roulent en Rus­sie.

V Et des larmes. Il n’y a pas que sur le ring que le pu­blic vibre. Les rap­ports entre les per­son­nages sont éga­le­ment bien dé­ve­lop­pés. Sur­tout ceux qui unissent Creed et Ro­cky. Une vague de nos­tal­gie em­porte les fans de Syl­ves­ter Stal­lone, qui a an­non­cé qu’il in­car­nait Ro­cky pour la der­nière fois. Plein de fu­reur et d’es­prit de com­pé­ti­tion, Creed II prend le temps de faire exis­ter ses hé­ros, gage de la réus­site d’une sa­ga qui dure de­puis plus de qua­rante ans. Ce nou­veau vo­let ne dé­pare pas les pré­cé­dents. On at­tend main­te­nant le sui­vant. Sans Ro­cky, mais avec un Creed tou­jours vi­brant.

Syl­ves­ter Stal­lone (à g.) et Mi­chael B. Jor­dan dans le film de Ste­ven Caple Jr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.