Les bé­bés gué­pards éta­blissent un re­cord au parc de Lu­na­ret

Ani­maux Avec 11 bé­bés en 2018, le parc de Lu­na­ret dé­tient le re­cord de nais­sances pour cette es­pèce fé­line dans les zoos eu­ro­péens

20 Minutes (Montpellier) - - NEWS - Ni­co­las Bon­zom

En 2018, onze gué­pards sont nés à Lu­na­ret. Un seul n’a pas sur­vé­cu. « C’est un re­cord pour cette es­pèce dans les zoos eu­ro­péens », se ré­jouit Da­vid Go­mis, le di­rec­teur zoo­lo­gique du parc de Lu­na­ret, à Mont­pel­lier. Le 14 mai, San­né, l’une des pen­sion­naires du centre de re­pro­duc­tion, a mis au monde trois pe­tits, qu’elle a éle­vés jus­qu’à leur ma­tu­ri­té. Le 3 juillet, c’est Si­ta qui a don­né nais­sance à sa pre­mière por­tée de quatre bé­bés, dont l’un est mort au bout de vingt­quatre heures. Au bout de trois se­maines, la fe­melle s’est dés­in­té­res­sée après l’ar­rêt de sa lac­ta­tion des fé­lins, qui ont été adop­tés par San­né. En­fin, le 29 no­vembre, Si­ta a mis au monde quatre autres pe­tites boules de poil, « dont elle s’oc­cupe par­fai­te­ment », re­prend le di­rec­teur zoo­lo­gique. Voi­là plus de qua­rante ans que des gué­pards n’étaient pas nés ici : du mi­lieu des an­nées 1960 jus­qu’en 1972, un couple avait eu plu­sieurs por­tées, à la grande sur­prise des soi­gneurs. Mont­pel­lier était alors l’un des pre­miers parcs à réus­sir une re­pro­duc­tion de ces pré­da­teurs, ce qui est très dif­fi­cile en cap­ti­vi­té.

«On laisse faire la mère»

«Au­pa­ra­vant, chaque parc avait son couple de gué­pards, et lorsque ce­la ne fonc­tion­nait pas, cha­cun était ré­ti­cent à les échan­ger, pour trou­ver la bonne com­bi­nai­son », pour­suit Da­vid Go­mis. A Lu­na­ret, les mâles et les fe­melles sont hé­ber­gés dans des bâ­ti­ments sé­pa­rés, avec cinq loges et quatre en­clos cha­cun. Ja­mais le parc ne force l’es­pèce à s’ac­cou­pler : ce se­rait l’échec as­su­ré. « On pré­sente ré­gu­liè­re­ment un ou plu­sieurs mâles à la fe­melle, à tra­vers un grillage, sans qu’ils ne soient di­rec­te­ment en contact. Si c’est po­si­tif, qu’il n’y a pas d’agres­si­vi­té, on ouvre les portes. » Quand les pe­tits sont là, le parc évite tout contact entre la pe­tite fa­mille et l’hu­main. « On laisse faire la mère dans sa loge avec ses bé­bés, elle est sur­veillée avec une vi­déo, sou­ligne le di­rec­teur zoo­lo­gique. On ne la dé­range qu’une fois par jour, puis une fois par se­maine, pour pe­ser les pe­tits hors de sa vue. » Les der­niers-nés du zoo, Chill, Co­moé, Chu­ka et Cua­tro, qui se portent à mer­veille, ne se­ront d’ailleurs vi­sibles du pu­blic qu’en fé­vrier.

Chill, Co­moé, Chu­ka et Cua­tro, les der­niers-nés du zoo mont­pel­lié­rain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.