Le ca­ma­rade In­ter­net

Les élec­teurs russes sont ap­pe­lés aux urnes, di­manche. Alors que la vic­toire de Vla­di­mir Pou­tine ne fait guère de doutes, les jeunes s’in­té­ressent de plus en plus à la politique grâce aux ré­seaux so­ciaux.

20 Minutes (Nantes) - - News - Oli­vier Phi­lippe-Vie­la

Qu’ont en com­mun l’op­po­sant Alexeï Na­val­ny, la li­bé­rale pro­gres­siste Kse­nia Sobt­chak ou en­core le com­mu­niste Pa­vel Grou­di­nine, si ce n’est d’être can­di­dats (ou d’avoir vou­lu l’être pour le pre­mier) à l’élec­tion pré­si­den­tielle russe, dont le pre­mier tour a lieu di­manche ? Tous ont eu l’oc­ca­sion de s’ex­pri­mer sur la chaîne You­Tube de You­ri Alexan­dro­vich Dude, cé­lèbre jour­na­liste et blo­gueur vi­déo russe. « Dans le Dude » adopte tous les codes des You­tu­beurs oc­ci­den­taux : mon­tage ryth­mé, ty­po­gra­phie bran­chée et ton lé­ger pour abor­der des su­jets sé­rieux. « You­ri Alexan­dro­vich Dude dis­cute avec plein de per­son­na­li­tés in­té­res­santes, des mu­si­ciens comme des po­li­tiques. De ce que je vois, ce mec aime vrai­ment la Rus­sie », s’em­balle Ki­rill, 26 ans, em­ployé dans la com­mu­ni­ca­tion à Mos­cou. Grâce à You­ri Alexan­dro­vich Dude, Li­liya, 27 ans, suit l’ac­tua­li­té politique de son pays de­puis Pa­ris, où elle est étu­diante : « C’est un très bon jour­na­liste qui n’a pas peur de po­ser toutes les ques­tions pos­sibles, sur l’argent, les me­naces… Et il in­siste pour avoir des ré­ponses hon­nêtes et concrètes. »

« Plus d’in­fos qu’avant »

Ce type de show est nou­veau en Rus­sie, et l’exer­cice pas ano­din, car il per­met de s’adres­ser aux jeunes. « La so­cié­té russe est glo­ba­le­ment bien moins po­li­ti­sée qu’en Oc­ci­dent, et le taux de par­ti­ci­pa­tion des jeunes aux élec­tions in­fé­rieur au reste de la po­pu­la­tion », sou­ligne Ta­tia­na Sta­no­vaya, po­li­to­logue au Centre des tech­no­lo­gies po­li­tiques de Mos­cou. Mais, de­puis quelque temps, les choses évo­luent. En mars 2017, Alexeï Na­val­ny or­ga­ni­sait les plus im­por­tantes ma­ni­fes­ta­tions contre le pou­voir de­puis la ré­élec­tion de Vla­di­mir Pou­tine en 2012, ma­jo­ri­tai­re­ment sui­vies par la jeu­nesse. « La ré­volte des en­fants contre les pères », ti­trait d’ailleurs le quo­ti­dien Mos­kovs­ki Kom­so­mo­lets. Un mou­ve­ment dif­fi­cile à en­rayer alors que l’usage des ré­seaux so­ciaux ex­plose en Rus­sie. « Ce sont les pre­mières élec­tions où les can­di­dats les uti­lisent au­tant, confirme Li­liya. Ils vont sur You­Tube, ils s’en­gagent sur VKon­takte [le Fa­ce­book russe], Ins­ta­gram, Twit­ter, etc. Les jeunes en­tendent ain­si plus d’in­for­ma­tions sur la politique qu’avant, quand il fal­lait se conten­ter des mé­dias of­fi­ciels. » De quoi at­té­nuer le « sen­ti­ment de ne pas pou­voir chan­ger les choses », confie-t-elle. « Même s’il n’y a au­cun sus­pense sur l’iden­ti­té du fu­tur pré­sident, la jeu­nesse suit cette élec­tion, abonde Ma­ri, Mos­co­vite de 25 ans qui tra­vaille dans le mar­ke­ting. Elle veut en­tendre les al­ter­na­tives à Vla­di­mir Pou­tine. »

Une ma­ni­fes­ta­tion d’op­po­sants à Pou­tine, à Mos­cou, le 28 jan­vier.

Une ma­ni­fes­ta­tion an­ti-cor­rup­tion or­ga­ni­sée par Alexeï Na­val­ny en 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.