Après la dis­pa­ri­tion de sa fille, le père de Léa té­moigne

En­quête Six mois après la dis­pa­ri­tion de sa fille Léa, Ch­ris­tophe Pe­tit­gas se confie

20 Minutes (Nantes) - - NEWS -

Léa Pe­tit­gas, 20 ans, a été vue pour la der­nière fois il y a six mois jour pour jour. De­puis, la dis­pa­ri­tion de cette Nan­taise, ha­bi­tante du quar­tier Can­claux, reste une énigme. Une at­tente dif­fi­cile pour son père.

Comment l’en­quête évolue-t-elle ?

Il y a deux mois, j’ai été au­di­tion­né par des en­quê­teurs de l’Of­fice cen­tral pour la ré­pres­sion des vio­lences aux per­sonnes (OCRVP), ve­nus de Pa­ris pour ai­der la PJ de Nantes. Pen­dant cinq heures, j’ai re­la­té la vie de Léa, de­puis sa nais­sance en août 1997. De­puis, je n’ai au­cune nou­velle. Ap­pa­rem­ment, ils n’ont rien du tout. Des pistes se re­ferment. Cer­tains proches de Léa ont été in­ter­ro­gés après des in­co­hé­rences dans leurs té­moi­gnages, ça n’a rien don­né.

Quel est votre état d’es­prit ?

Ce qui me fait peur, c’est que le dos­sier soit mis de cô­té. J’es­saye de me­ner mon en­quête, j’ai re­trou­vé des amis de Léa qui confortent ma

convic­tion que ma fille n’est pas par­tie de son plein gré. Ce que je crains, c’est une mau­vaise ren­contre sur le che­min du tra­vail. On sait que son por­table a bor­né chez elle le ma­tin, à l’heure où elle s’y rend.

A quoi res­semble votre quo­ti­dien ?

Il y a des mo­ments où ça va, d’autres où ça va moins bien. Le temps passe, mais je ne peux pas croire à l’idée que je ne la re­ver­rai pas. Je me tiens in­for­mé des faits di­vers et quand j’ap­prends qu’un corps est re­trou­vé dans la Loire, ça me fait trem­bler. C’est triste à dire, mais quand je lis en­suite que ça ne cor­res­pond pas à Léa, je me dis « ouf ». Pro­pos re­cueillis par Ju­lie Ur­bach

Léa Pe­tit­gas, 20 ans, est in­trou­vable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.