10 Po­ser son gi­let à l’avant de sa voi­ture n’est pas une in­frac­tion

20 Minutes (Nantes) - - DIX NEWS - Alexis Or­si­ni

A l’ap­proche du 17 no­vembre, date à la­quelle les Fran­çais mé­con­tents de la hausse du prix des car­bu­rants pré­voient de « blo­quer les routes » , le gi­let de sé­cu­ri­té po­sé sur le ta­bleau de bord du vé­hi­cule est uti­li­sé par cer­tains au­to­mo­bi­listes comme signe de ral­lie­ment. Or, se­lon une ru­meur vi­rale sur les ré­seaux so­ciaux, un tel geste ex­po­se­rait à une amende va­riant entre 90 et 150 €, pour des mo­tifs plus ou moins vrai­sem­blables, dont une pré­ten­due « apo­lo­gie du ter­ro­risme », éma­nant en réa­li­té d’un ar­ticle pa­ro­dique du site belge Nord­presse.

Contac­tée par 20 Mi­nutes, la Sé­cu­ri­té rou­tière confirme qu’il s’agit d’une in­tox et rap­pelle les dis­po­si­tions de l’ar­ticle R416-19 du code de la route, re­la­tif au triangle et au gi­let de sé­cu­ri­té : « Le conduc­teur doit re­vê­tir un gi­let de haute vi­si­bi­li­té conforme à la ré­gle­men­ta­tion lors­qu’il est ame­né à quit­ter un vé­hi­cule im­mo­bi­li­sé sur la chaus­sée ou ses abords à la suite d’un ar­rêt d’ur­gence. En cir­cu­la­tion, le conduc­teur doit dis­po­ser de ce gi­let à por­tée de main », dis­pose le texte. La Sé­cu­ri­té rou­tière rap­pelle en outre que c’est l’ab­sence de gi­let ou sa non-uti­li­sa­tion dans ce contexte qui ex­pose à une sanc­tion fi­nan­cière.

20 Mi­nutes lutte contre les fake news. Un doute ? Ecri­vez à contri­bu­tion@20mi­nutes.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.