Nou­veau stade, les en­jeux du vote

Les élus de Nantes mé­tro­pole se pro­non­ce­ront ven­dre­di sur le pro­jet contes­té

20 Minutes (Nantes) - - GRAND NANTES - Fré­dé­ric Bre­non

Le vote est très at­ten­du, tant la contes­ta­tion est grande. Ven­dre­di, les 97 élus de Nantes mé­tro­pole au­ront à se pro­non­cer sur la ces­sion d’une par­celle de 9 ha (à l’em­pla­ce­ment du par­king prin­ci­pal de la Beau­joire) au FC Nantes, qui sou­haite y bâ­tir une en­ceinte pri­vée de 40000 places. Les élus de­vront aus­si dé­ci­der de conser­ver ou non l’ac­tuel stade pu­blic de la Beau­joire, comme le sug­gère leur pré­si­dente, Jo­han­na Rol­land (PS).

› Un nou­veau stade pour quoi

faire ? Se­lon le FCN et la mé­tro­pole, l’ac­tuel stade Louis-Fon­te­neau, inau­gu­ré en 1984, « ne ré­pond plus aux en­jeux du foot­ball pro­fes­sion­nel mo­derne ni à l’ac­cueil de grands évé­ne­ments ». On lui re­proche no­tam­ment son manque de confort, de WC, de places VIP, d’ac­ces­si­bi­li­té… « Il fal­lait

prendre une dé­ci­sion dans les cinq à dix ans », in­siste Jo­han­na Rol­land.

› Que de­vien­drait la Beau­joire ?

Elle gar­de­rait une vo­ca­tion spor­tive. Les usages res­tent tou­te­fois « à dé­fi­nir » dans la me­sure où au­cun club, autre que le FCN, ne se­rait en ca­pa­ci­té de la rem­plir à moyen terme. Can­di­dat po­ten­tiel, le Stade Nan­tais (rug­by) évo­lue en troi­sième di­vi­sion de­vant moins de 2 000 spec­ta­teurs.

› Qui paie­rait quoi? La construc­tion du nou­veau stade du FCN est es­ti­mée à 200 mil­lions d’eu­ros. Elle se­rait fi­nan­cée ex­clu­si­ve­ment par des fonds pri­vés, prin­ci­pa­le­ment ceux de Wal­de­mar Ki­ta et du club. Le mon­tage reste tou­te­fois à pré­ci­ser. Le ter­rain à bâ­tir, lui, se­rait ven­du à un prix « qui se­ra dé­ter­mi­né pro­chai­ne­ment par les ser­vices de l’Etat com­pé­tents ». Quant au stade de la Beau­joire, son en­tre­tien res­te­rait à la charge de la mé­tro­pole.

› Pour­quoi ne pas ré­no­ver la Beau­joire pour le FCN ? C’est ce que ré­clament

les op­po­sants. Mais Jo­han­na Rol­land ré­pète qu’elle ne veut pas « mettre un eu­ro d’ar­gent pu­blic pour le foot­ball pro­fes­sion­nel », ar­guant que ce sport gé­nère lui-même des pro­fits ju­teux. Or au­cun fi­nan­ceur pri­vé n’est in­té­res­sé par une ré­no­va­tion, sur­tout pas Wal­de­mar Ki­ta. Ré­no­ver la Beau­joire coû­te­rait entre 5 mil­lions et 150 mil­lions d’eu­ros.

› Et les lo­ge­ments dans tout ça?

Il n’y en au­ra pas. Au dé­part, un pro­gramme im­mo­bi­lier, por­té par la so­cié­té Réa­li­tés, de­vait fi­nan­cer une par­tie du pro­jet de stade. Pas moins de 1 500 ap­par­te­ments et des ac­ti­vi­tés ter­tiaires étaient pré­vus. Mais, face à l’op­po­si­tion des ri­ve­rains, Nantes mé­tro­pole a fi­na­le­ment re­non­cé.

Le FC Nantes es­père qu’une par­celle lui se­ra cé­dée pour bâ­tir son stade.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.