Avec les « gi­lets jaunes », « les forces de l’ordre sont mises à rude épreuve de­puis un mo­ment »

Ordre Pour le syn­di­ca­liste po­li­cier Gré­go­ry Jo­ron, les CRS sont épuisés et sous-équi­pés

20 Minutes (Nantes) - - NEWS - Propos re­cueillis par Thi­baut Che­vil­lard

Se­cré­taire na­tio­nal du syn­di­cat Uni­té SGP-Po­lice FO, en charge des CRS, Gré­go­ry Jo­ron es­père que le dis­po­si­tif de main­tien de l’ordre pré­vu pour sa­me­di se­ra ef­fi­cace.

Quatre se­maines après le dé­but des « gi­lets jaunes », dans quel état sont les forces de l’ordre ?

Elles sont éprou­vées après avoir été en­ga­gées plu­sieurs week-ends de suite. Mais plus gé­né­ra­le­ment, les forces de l’ordre sont mises à rude épreuve de­puis un mo­ment.

Les forces de l’ordre sont-elles as­sez nom­breuses et as­sez équi­pées pour sé­cu­ri­ser les ma­ni­fes­ta­tions ?

C’est très com­pli­qué d’avoir du ma­té­riel ef­fi­cient. Des col­lègues [des agents de la BAC, par exemple] sont en­voyés sur des opé­ra­tions de main­tien de l’ordre à Pa­ris mer­cre­di avec des casques de vé­lo et des pro­tège-ti­bias de football. Concer­nant les CRS, il y a de­puis long­temps un énorme pro­blème d’ef­fec­tifs.

Pour­quoi le dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té mis en place le 1er dé­cembre à Pa­ris n’a-t-il pas fonc­tion­né ?

On a consom­mé énor­mé­ment de forces, po­si­tion­nées sur des points de fil­trages. Par consé­quent, nous avions peu de po­li­ciers à la ma­noeuvre, et peu en ap­pui. Nous avons de­man­dé au mi­nistre de l’In­té­rieur de mettre en place sa­me­di un dis­po­si­tif plus mo­bile. Ch­ris­tophe Cas­ta­ner nous a ré­pon­du que c’était à l’étude.

Re­dou­tez-vous que les po­li­ciers, fa­ti­gués et pris pour cible par les cas­seurs, com­mettent des ba­vures ?

Des fonc­tion­naires qui sont sur le ter­rain de­puis près de vingt heures, ce­la nous in­quiète for­cé­ment. L’in­té­rêt d’avoir un dis­po­si­tif plus mo­bile, avec des forces de l’ordre qui ne sont pas fi­gées, c’est que les uni­tés à la ma­noeuvre pour­ront se re­layer.

A-t-on fran­chi une ligne en termes de vio­lence contre la po­lice ?

On l’a fran­chi, mal­heu­reu­se­ment, il y a bien long­temps. Ce qui est inédit, c’est la du­rée des vio­lences. On n’a pas réus­si à bou­ger les gros groupes de cas­seurs au moyen des gaz la­cry­mo­gènes, car ils sont de mieux en mieux équi­pés.

«Nous avons ob­ser­vé, sur les ré­seaux so­ciaux, des ap­pels au meurtre.»

Avez-vous des craintes pour sa­me­di ?

Oui, car nous avons ob­ser­vé, sur les ré­seaux so­ciaux, des ap­pels au meurtre ou à vou­loir pé­né­trer dans l’Ely­sée.

##JEV#118-70-https://bit.ly/2AVizhv##JEV###JEV#37-256-https://bit.ly/2AN­vrGk##JEV#A Pa­ris, des groupes de ma­ni­fes­tants s’en sont pris aux forces de l’ordre lors des deux sa­me­dis de ma­ni­fes­ta­tion de «gi­lets jaunes».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.