20 Minutes (Nantes)

Les pa­rents du pe­tit To­ny ju­gés

Loïc Van­tal com­pa­raît à par­tir de ce lun­di pour avoir por­té les coups ayant en­traî­né la mort de l’en­fant, la mère, pour non-dé­non­cia­tion

- Vincent Van­ti­ghem Crime

Le long du lit en bois. Sur le flanc de l’ar­moire. Sur le dos­sier du ca­na­pé. Au sol de­vant le fau­teuil. Sur le seau. A cô­té du pe­tit bu­reau. Dans les toi­lettes. Sur la cu­vette. Dans la salle de bains. Sur le sol de l’en­trée. Sur le buf­fet si­tué à gauche de la pièce à vivre. Dans l’évier aus­si… Ce 26 no­vembre 2016, quand les po­li­ciers ont pas­sé l’ap­par­te­ment du pe­tit To­ny au ré­vé­la­teur, ils se sont ren­du compte que le sang de l’en­fant de 3 ans avait, en réa­li­té, cou­lé presque par­tout. Un peu plus de quatre ans après, Loïc Van­tal, le beau-père du gar­çon­net, va être ju­gé à Reims (Marne), à par­tir de ce lun­di. Pour vio­lences vo­lon­taires ayant en­traî­né la mort sans in­ten­tion de la don­ner, il en­court une peine de trente ans de ré­clu­sion lors de ce pro­cès aux as­sises où se­ra éga­le­ment dé­bat­tue la res­pon­sa­bi­li­té de la mère de To­ny. Elle en­court une peine de cinq ans de pri­son pour non-dé­non­cia­tion de crime et non-as­sis­tance à per­sonne en dan­ger.

La peur comme dé­fense

Face aux en­quê­teurs, Ca­ro­line Lé­toile a ex­pli­qué que c’était par « peur » de son com­pa­gnon qu’elle n’avait pas ré­agi pour em­pê­cher la mort de son en­fant. « La peur ne jus­ti­fie pas tout, tacle au­jourd’hui Oli­vier Cha­lot, l’avo­cat du père et de la grand-mère pa­ter­nelle de To­ny. L’en­quête a dé­mon­tré qu’elle avait eu l’oc­ca­sion de fuir avec son en­fant à plu­sieurs re­prises, mais qu’elle n’a rien fait. » In­sou­te­nable, le rap­port d’au­top­sie in­dique que To­ny est mort d’une double rup­ture de la rate et du pan­créas, consé­cu­tive à des coups de poing por­tés dans l’ab­do­men. Mais il fait état éga­le­ment de nom­breux hé­ma­tomes et bles­sures ca­rac­té­ris­tiques de la mal­trai­tance in­fan­tile. Confron­tée à ces élé­ments, Ca­ro­line Lé­toile n’a pas mis long­temps à re­con­naître que son fils était de­ve­nu le « souffre-dou­leur » de son nou­veau com­pa­gnon, qui avait em­mé­na­gé avec eux quelques se­maines plus tôt. Que ce­lui-ci le bat­tait lors­qu’il ne ré­pon­dait pas aux ques­tions ou y ré­pon­dait mal.

Condam­né sept fois pour des faits de vio­lence, Loïc Van­tal a d’abord nié les faits avant de re­con­naître avoir por­té des coups, re­gret­tant que sa com­pagne ne soit pas «par­tie». Leur pro­cès doit du­rer jus­qu’à jeu­di soir.

 ??  ?? L’en­fant de 3 ans est dé­cé­dé en no­vembre 2016, à Reims.
L’en­fant de 3 ans est dé­cé­dé en no­vembre 2016, à Reims.

Newspapers in French

Newspapers from France