20 Minutes (Nantes)

Quelle stra­té­gie pri­vi­lé­gier face à la re­cru­des­cence des va­riants du co­ro­na­vi­rus en France ?

La stra­té­gie fran­çaise pour­rait évo­luer si les vac­cins dis­po­nibles n’étaient plus as­sez ef­fi­caces face aux va­riants du co­ro­na­vi­rus

- Anis­sa Bou­me­diene Health · Medical Activism · Anti-Vaccers · Alternative Medicine · France · Singapore Ministry of Health · Ministry of Healthcare of the Russian Federation · Reunion · AstraZeneca · Pfizer · Mayotte

Dès l’ap­pa­ri­tion du Co­vid-19, la so­lu­tion pour mettre un terme à la pan­dé­mie a ré­si­dé dans le dé­ve­lop­pe­ment de vac­cins. Mais, quelques se­maines après leur ar­ri­vée, l’émer­gence de va­riants sus­cep­tibles de rendre la vac­ci­na­tion moins ef­fi­cace met à mal l’es­poir de re­trou­ver la vie d’avant. En France, les au­to­ri­tés ont dé­ci­dé de res­ser­rer les me­sures sa­ni­taires pour évi­ter la pro­pa­ga­tion des va­riants sud-afri­cain et bré­si­lien. Le mi­nistre de la San­té, Oli­vier Vé­ran, a no­tam­ment fait état jeu­di soir de «plus de 300 cas de mu­ta­tions évo­ca­trices de va­riants sud-afri­cain et bré­si­lien ces quatre der­niers jours en Mo­selle ». Dans ce contexte, com­ment adap­ter la stra­té­gie vac­ci­nale ?

« Pour l’ins­tant, il n’y a pas de chan­ge­ment au re­gard des va­riants », in­dique le mi­nis­tère de la San­té, qui se fonde sur « les don­nées four­nies par les la­bo­ra­toires ». Seul ajus­te­ment opé­ré, « à Mayotte et à La Réunion dé­ci­sion a été prise de ne pas mettre l’ac­cent sur As­traZe­ne­ca en rai­son de la cir­cu­la­tion du va­riant sud-afri­cain », pré­cise le mi­nis­tère de la San­té qui, dans ces ter­ri­toires, mise « sur les vac­cins de Pfi­zer et Mo­der­na, avec une aug­men­ta­tion des li­vrai­sons à Mayotte ».

Les in­dus­triels sol­li­ci­tés

Pour la task force in­ter­mi­nis­té­rielle consa­crée à la vac­ci­na­tion an­tiCo­vid-19, «la prio­ri­té est de tra­vailler avec les in­dus­triels sur la ca­pa­ci­té à se pré­pa­rer et à adap­ter si be­soin les vac­cins ac­tuels, as­sure-t-on à Ber­cy. Il faut que l’on pré­voie la si­tua­tion où un vac­cin ac­tuel ne fonc­tionne pas suf­fi­sam­ment sur l’un ou plu­sieurs des va­riants ». De leur cô­té, la plu­part des la­bo­ra­toires tra­vaillent au dé­ve­lop­pe­ment de nou­velles for­mules. En pra­tique, « plu­sieurs op­tions sont pos­sibles : dé­ve­lop­per en­tiè­re­ment un nou­veau vac­cin ré­pon­dant ex­clu­si­ve­ment aux nou­veaux va­riants. Dans ce cas, il fau­drait com­bi­ner l’an­cien vac­cin et le nou­veau qui, lui, in­ter­vien­drait en “boost” [comme une dose de rap­pel], ex­pose Ber­cy, qui gère les ap­pro­vi­sion­ne­ments en vac­cins au sein de la task force. L’autre op­tion, c’est de dé­ve­lop­per un nou­veau vac­cin qui in­tègre la pre­mière souche – la “souche Wu­han” – et les nou­velles dans un même vac­cin, qui se­rait bi­va­lent ou po­ly­va­lent. »

 ??  ??
 ??  ?? Le mi­nistre de la San­té, Oli­vier Vé­ran, lun­di à Me­lun (Seine-et-Marne).
Le mi­nistre de la San­té, Oli­vier Vé­ran, lun­di à Me­lun (Seine-et-Marne).

Newspapers in French

Newspapers from France