20 Minutes (Nantes)

Le re­cru­te­ment des as­tro­nautes, mais com­ment ça space?

- M.A. European Space Agency

De­ve­nez as­tro­naute. L’Agence spa­tiale eu­ro­péenne (ESA) lan­ce­ra une cam­pagne de re­cru­te­ment, fin mars. Une pre­mière de­puis onze ans. En 2008, moins de 10 as­pi­rants sur 8000 avaient été re­cru­tés, dont Tho­mas Pes­quet. Cette fois-ci, quatre à six can­di­da­tures se­ront conser­vées.

Six épreuves at­tendent les can­di­dates et can­di­dats, âgés de pré­fé­rence de 27 à 37 ans et is­sus des 22 pays membres de l’ESA. Pre­mière étape, un ques­tion­naire. «On cherche à iden­ti­fier la per­son­na­li­té du can­di­dat, sa­voir ce qui la rend apte pour ce bou­lot», ex­plique JeanF­ran­çois Cler­voy, ex-as­tro­naute à l’ESA. En­vi­ron 10% pas­se­ront cette étape. La deuxième épreuve éva­lue les pro­fils psy­cho­lo­giques, psy­cho­tech­niques et psy­cho­mo­teurs des can­di­dats. Puis, la troi­sième épreuve consiste à pas­ser de­vant un ju­ry com­po­sé de psy­cho­logues, d’un res­pon­sable RH de l’ESA et d’un as­tro­naute. « Ça per­met de voir qui est lea­deur, qui est sui­veur», note JeanF­ran­çois Cler­voy. Pour la qua­trième étape, les can­di­dats en lice passent des exa­mens mé­di­caux pous­sés. A ce stade, la moi­tié est dé­cla­rée in­apte, sou­vent pour des pro­blèmes de vue ou car­dio­vas­cu­laires. « Les 25 res­tants sont tous consi­dé­rés par­faits pour le job», ajoute Jean-Fran­çois Cler­voy. Les deux der­nières épreuves sont des en­tre­tiens pro­fes­sion­nels de­vant un ju­ry. « Au­jourd’hui, ce qui est de­man­dé, c’est l’in­tel­li­gence émo­tion­nelle, es­time l’an­cien as­tro­naute Phi­lippe Per­rin. C’est la ca­pa­ci­té de vivre et de tra­vailler en équi­page, d’ac­cep­ter et d’épau­ler les autres.»

Newspapers in French

Newspapers from France