20 Minutes (Nantes)

Cer­taines encres de ta­touage soup­çon­nées de lais­ser des traces in­dé­lé­biles pour la san­té

Un dos­sier de l’UFC-Que choi­sir dé­voile ce jeu­di que 15 encres de ta­touage, sur 20 étu­diées, contiennen­t des pro­duits dan­ge­reux

- Oi­ha­na Ga­briel Health · European Union · European Commission · Finland

Voi­là qui risque de dou­cher vos en­vies de vous faire ta­touer. Un dos­sier réa­li­sé par l’UFC-Que choi­sir, qui pa­raît ce jeu­di, se penche sur les dan­gers des ta­touages. « A la suite des ré­sul­tats de ces tests en la­bo­ra­toire sur les com­po­sants des encres de ta­touage, l’UFC-Que choi­sir tire la son­nette d’alarme (…) pour pro­cé­der au re­trait et au rap­pel de nom­breux pro­duits. » Sur 20 encres pas­sées au crible, 15 sont clai­re­ment à évi­ter, car elles contiennen­t soit des in­gré­dients can­cé­ro­gènes, soit des conser­va­teurs ban­nis des cos­mé­tiques ou en­core des co­lo­rants in­ter­dits.

« En ta­touant, on va in­jec­ter sous la peau un pro­duit chi­mique, pré­vient Marc Per­rus­sel, vice-pré­sident du Syn­di­cat na­tio­nal des der­ma­to­logues. Qu’il soit bleu, rouge, vert, noir, c’est fait à par­tir de mé­taux lourds, et ce pro­duit peut être al­ler­gi­sant. Il peut créer un ec­zé­ma de contact. » Etant don­né que l’encre est in­dé­lé­bile, cet in­con­fort peut me­ner à des pro­blèmes sa­ni­taires. « J’ai vu des gens se grat­ter jus­qu’au sang, re­prend le der­ma­to­logue. Ce qui peut abou­tir à des sur­in­fec­tions ou à des ci­ca­trices. »

Des res­tric­tions à ve­nir ?

L’Union eu­ro­péenne a pris à brasle-corps cette ques­tion des dan­gers des encres de ta­touage en confiant, en 2016, à l’Agence eu­ro­péenne des pro­duits chi­miques une éva­lua­tion de ces pro­duits. Qui a abou­ti le 14 dé­cembre 2020 à une pro­po­si­tion de res­tric­tions de cer­tains com­po­sés. La Com­mis­sion eu­ro­péenne de­vrait se pro­non­cer sur cet avis, à la mi-mars. Ni­co­las Klu­ger, der­ma­to­logue en Fin­lande et à la consul­ta­tion ta­touage de l’hô­pi­tal Bi­chat (AP-HP), se montre tou­te­fois ras­su­rant : « A ce jour, il n’y a pas de preuve que les encres de ta- touage donnent un can­cer de la peau ou d’ailleurs. Il n’y a qu’une seule lé­sion tu­mo­rale pour la­quelle on a un lien fort : le ké­ra­toa­can­thome, qui ap­pa­raît très vite après un ta­touage rouge. Et ce­la reste ex­cep­tion­nel, avec une cin­quan­taine de cas dans le monde. » Dans son avis, l’agence eu­ro­péenne pré­co­nise à celles et ceux qui sou­haitent se faire ta­touer de se ren­sei­gner sur les com­po­sants de l’encre, mais éga­le­ment de gar­der une trace de l’encre uti­li­sée, en cas de ré­ac­tion anor­male.

 ??  ??
 ??  ?? Cer­taines pré­pa­ra­tions contiennen­t des in­gré­dients can­cé­ro­gènes.
Cer­taines pré­pa­ra­tions contiennen­t des in­gré­dients can­cé­ro­gènes.

Newspapers in French

Newspapers from France