La jus­tice se penche sur le cas d’éven­tuels em­plois fa­mi­liaux

Le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique a été sai­si d’un si­gna­le­ment re­la­tif à des sus­pi­cions d’em­plois fa­mi­liaux au sein de la ville de Nice

20 Minutes (Nice) - - LA UNE - Ma­thilde Fré­nois

Cer­tains élus de la ville de Nice voient-ils la po­li­tique comme une af­faire de fa­mille ? C’est la ques­tion à la­quelle de­vra ré­pondre la jus­tice. Le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Nice a été sai­si par l’as­so­cia­tion de lutte contre la cor­rup­tion An­ti­cor, pour des sus­pi­cions d’em­plois fa­mi­liaux à la mai­rie ni­çoise. Une en­quête vient d’être lan­cée.

« Ar­gent pu­blic »

C’est le nombre de re­cru­te­ments avec des liens de sang et ma­tri­mo­niaux qui a in­ter­pel­lé les membres d’An­ti­cor. Un rap­port du co­mi­té d’éthique de la ville de Nice a fait ap­pa­raître « 22 cas de liens fa­mi­liaux, im­pli­quant 19 conseillers mu­ni­ci­paux, soit 30% », note l’as­so­cia­tion dans un com­mu­ni­qué. « Il s’agit d’une prise illé­gale d’in­té­rêt, es­time Jean-Ch­ris­tophe Pi­card, pré­sident d’An­ti­cor. Avec l’ar­gent pu­blic, il faut em­bau­cher les meilleurs. Là, ce n’est pas for­cé­ment le cas. » Après la mo­ra­li­sa­tion au par­le­ment, le res­pon­sable azu­réen de l’as­so­cia­tion veut un contrôle des em­bauches dans toutes les col­lec­ti­vi­tés. « La ques­tion est de sa­voir dans quelles cir­cons­tances ont eu lieu ces em­bauches, quand et de­puis com­bien de temps », pointe le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Nice Jean-Mi­chel Prêtre. Des en­jeux cru­ciaux, la pres­crip­tion étant fixée à trois ans. « La plu­part des re­cru­te­ments évo­qués ont été réa­li­sés sous la pré­cé­dente mu­ni­ci­pa­li­té, in­dique la ville de Nice dans un com­mu­ni­qué. Pour les re­cru­te­ments réa­li­sés de­puis 2008, ces der­niers ont fait l’ob­jet d’un res­pect scru­pu­leux des pro­cé­dures. » Idem pour les re­cru­te­ments is­sus de la res­pon­sa­bi­li­té di­recte de la mai­rie et de la mé­tro­pole, as­sure en­core la com­mune. Le dos­sier est dé­sor­mais entre les mains de la jus­tice.

A Nice, près de 30% des conseillers em­ploie­raient un membre fa­mi­lial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.