L’An­gle­terre face à la ma­lé­dic­tion

20 Minutes (Paris) - - SPORTS - A Mos­cou, Ju­lien La­loye

Six éli­mi­na­tions aux tirs au but dans les grandes com­pé­ti­tions in­ter­na­tio­nales, pour une seule ex­pé­rience réussie, de­puis 1990… Il n’y a pas à dire, l’An­gle­terre, qui af­fronte la Co­lom­bie ce mar­di en quart de fi­nale, vit une vraie ma­lé­dic­tion. Tous les pré­de­ces­seurs de Ga­reth Sou­th­gate, le sé­lec­tion­neur an­glais, ont gé­ré le trau­ma­tisme à leur ma­nière. Eriks­son a fait ve­nir un pré­pa­ra­teur men­tal deux jours avant un quart de fi­nale, Hodg­son a pré­fé­ré ne ja­mais évo­quer le su­jet… Sou­th­gate, lui, a mis son staff et ses joueurs à la planche sur le su­jet de­puis le mois de mars, après avoir tes­té quelques pistes en équipes de jeunes. Il a no­tam­ment ten­té le pa­ral­lèle avec le golf.

Pre­nez votre temps

« On a or­ga­ni­sé des com­pé­ti­tions dans des salles de réu­nion, ex­plique Dan As­worth, cadre tech­nique de la fé­dé­ra­tion bri­tan­nique. Deux équipes de cinq, et une chance pour ren­trer le putt, avec les autres joueurs qui ont le droit de vo­ci­fé­rer. C’était une ap­proche dif­fé­rente d’une séance de tirs au but. » Les Th­ree Lions se sont aus­si ap­puyés sur l’étude du Nor­vé­gien Geir Jor­det qui mon­trait que les An­glais pre­naient le moins de temps pour ti­rer les pé­nos. « Les tirs au but ne sont pas une ques­tion de chance, ajoute Sou­th­gate. C’est une ques­tion de sa­voir être per­for­mant dans un exer­cice par­ti­cu­lier. Il y a plein de choses qu’on peut faire pour maî­tri­ser les événements et non pas les su­bir. »

Har­ry Kane a dé­jà ins­crit deux pe­nal­tys lors de ce Mondial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.