Le mo­nu­ment des ani­maux à la niche

La Ville ne veut pas d’édi­fice en sou­ve­nir des ani­maux morts du­rant la Grande Guerre. Pa­ris Ani­maux Zoo­po­lis s’in­surge

20 Minutes (Paris) - - GRAND PARIS - Ro­main Les­cu­rieux

Le cen­te­naire de l’ar­mis­tice du 11 no­vembre 1918, qui a mar­qué la fin de la Pre­mière Guerre mon­diale, a don­né l’oc­ca­sion à Pa­ris Ani­maux Zoo­po­lis de rap­pe­ler que « 11 mil­lions de chevaux, d’ânes, de mu­lets et des cen­taines de chiens et de pi­geons sont morts du­rant les com­bats ». Pour leur rendre hom­mage, l’as­so­cia­tion ani­ma­liste a sou­hai­té qu’un mo­nu­ment en leur mé­moire soit édi­fié dans la ca­pi­tale. Un voeu en ce sens a été dé­po­sé au Conseil de Pa­ris (il a com­men­cé lun­di) par le groupe éco­lo et Da­nielle Si­mon­net (LFI). Il était sou­te­nu no­tam­ment par Yann Wehr­ling (UDI-MoDem) et Jean-Bap­tiste de Fro­ment (LRI), pour qui « les ani­maux sont des êtres doués de sen­si­bi­li­té (…) et leur rôle a été es­sen­tiel [en 14-18] ». « Les tra­vaux de re­cherches ré­cem­ment consa­crées à [cette] guerre ont mon­tré que les ani­maux ont été par­ti­cu­liè­re­ment vic­times du conflit (…). Or les chevaux ont lar­ge­ment par­ti­ci­pé à la vic­toire de la France», a pour sa part jus­ti­fié Jacques Bou­tault, maire (EELV) du 2e ar­ron­dis­se­ment.

Las, mar­di, le Conseil de Pa­ris a re­je­té le voeu, au mo­tif que cette ques­tion ne re­le­vait pas de la Ville, mais qu’il s’agis­sait « de la com­pé­tence de l’Etat ».

« Une nou­velle fois, la Ville de Pa­ris se dé­fausse sur l’Etat quand il s’agit des ani­maux, a re­gret­té Pa­ris Ani­maux Zoo­po­lis. Dé­jà, l’exé­cu­tif avait in­vo­qué l’ab­sence de pou­voirs de po­lice [at­tri­bués à la pré­fec­ture de po­lice de Pa­ris] pour re­fu­ser d’in­ter­dire, sur son ter­ri­toire, les cirques pré­sen­tant des spec­tacles avec ani­maux. » Dans un com­mu­ni­qué, l’as­so­cia­tion dit res­ter « fer­me­ment dé­ter­mi­née à in­ci­ter le Conseil de Pa­ris à prendre réel­le­ment en consi­dé­ra­tion la condi­tion ani­male. Au-de­là de quelques dis­cours de cir­cons­tances, nous de­man­dons des actes et des en­ga­ge­ments fermes. »

Lun­di, Pa­ris Ani­maux Zoo­po­lis a été re­çue au mi­nis­tère des Ar­mées afin d’évo­quer ce pro­jet de mo­nu­ment en hom­mage aux ani­maux de guerre. «Nous al­lons conti­nuer notre tra­vail et ten­ter de mettre en re­la­tion la Ville et l’Etat. Pour qu’il y ait au moins des plaques com­mé­mo­ra­tives dans des ar­ron­dis­se­ments. » Une ba­taille de per­due…

« Une nou­velle fois, la Ville se dé­fausse sur l’Etat quand il s’agit des ani­maux. » Pa­ris Ani­maux Zoo­po­lis

Des chevaux ré­qui­si­tion­nés à Pa­ris du­rant la Pre­mière Guerre mon­diale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.