Ney­mar roule sa bosse avec le Bré­sil

20 Minutes (Paris) - - SPORTS - En Rus­sie, Julien La­loye

Bles­sé pen­dant trois mois, le Bré­si­lien, qui af­fronte la Bel­gique ce ven­dre­di en quart, n’a mis que trois matchs pour de­ve­nir le joueur le plus in­sup­por­table du Mon­dial. En cause, sa pro­pen­sion à si­mu­ler une exé­cu­tion à bout por­tant à chaque fois qu’un ad­ver­saire lui souffle dans la nuque. Une chaîne de té­lé suisse a cal­cu­lé que Ney­mar avait dé­jà pas­sé qua­torze minutes au sol depuis le dé­but de la com­pé­ti­tion. De quoi aga­cer Juan Car­los Oso­rio, le sé­lec­tion­neur du Mexique, éli­mi­né par le Bré­sil : «C’est un mau­vais exemple pour le monde et tous les en­fants qui re­gardent le match. C’est un sport d’hommes, pas un sport de clowns.» L’ex-gar­dien da­nois Pe­ter Sch­mei­chel y est aus­si al­lé de son com­men­taire : « La ma­nière dont il s’est com­por­té contre le Mexique est une honte. On au­rait dit qu’il al­lait mou­rir à chaque fois qu’on le tou­chait.»

« Il aime pro­vo­quer »

Mais un front de dé­fense a com­men­cé à s’or­ga­ni­ser au Bré­sil, au­tant par pa­trio­tisme que par convic­tion. Après tout, Ney­mar est le joueur qui a su­bi le plus de fautes depuis le dé­but de la com­pé­ti­tion (23), et il re­vient d’une grave bles­sure à la che­ville. Le sé­lec­tion­neur Tite est ain­si ve­nu à son se­cours avant le quart de fi­nale : « Il s’est amé­lio­ré sur le plan émo­tion­nel. Il adore jouer, drib­bler, il aime pro­vo­quer les joueurs in­di­vi­duel­le­ment. Ce n’est pas un pé­ché, c’est l’es­sence du Bré­sil. Lais­sons-le jouer ! » Avec un peu de ci­né­ma au mi­lieu, quand même.

Ney­mar a mar­qué face au Mexique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.