«Le gou­ver­ne­ment veut que les gens se confinent eux-mêmes»

20 Minutes (Paris) - - ACTUALITÉ - Pro­pos recueillis par Laure Co­met­ti

« Une ef­fi­ca­ci­té dis­cu­table. » 20 Mi­nutes a in­ter­ro­gé Mi­chèle Le­geas, en­sei­gnante à l’Ecole des hautes études en san­té pu­blique, spé­cia­liste de l’ana­lyse et de la ges­tion des si­tua­tions à risques sa­ni­taires, à pro­pos de l’op­por­tu­ni­té d’un couvre-feu en France.

Un couvre-feu est-il ef­fi­cace pour li­mi­ter les conta­mi­na­tions ?

Je tiens d’abord à dire que c’est plus une me­sure de po­lice qu’une me­sure sa­ni­taire. Le gou­ver­ne­ment veut que les gens se mettent eux-mêmes en confi­ne­ment au sein de leur sphère pri­vée, mais sans ar­rê­ter l’éco­no­mie.

Mais ce­la per­met-il de li­mi­ter la cir­cu­la­tion d’un vi­rus ?

Au­cune étude ne per­met de le dé­mon­trer pour le coronaviru­s. L’hy­po­thèse, qu’ont faite par exemple les Es­pa­gnols, c’est qu’en main­te­nant les gens dans une « bulle », avec des in­ter­ac­tions so­ciales li­mi­tées à leurs très proches, on ré­duit les risques de trans­mis­sion.

Ces risques de trans­mis­sion sont plus éle­vés la nuit que le jour ?

On ne sait pas réel­le­ment quand et com­ment se fait la trans­mis­sion du coronaviru­s, au-de­là du fait qu’elle est liée au fait de pas­ser du temps à proxi­mi­té im­mé­diate de quel­qu’un qui est por­teur. L’ef­fi­ca­ci­té d’un couvre-feu reste donc dis­cu­table. Tou­te­fois, on constate au­jourd’hui que le coronaviru­s cir­cule beau­coup en France chez les 15-45 ans. On sup­pose que cette tranche d’âge sort le soir. Ce­la donne lieu à un bras­sage de po­pu­la­tion. En re­strei­gnant les dé­pla­ce­ments le soir, on peut es­pé­rer em­pê­cher de telles si­tua­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.