20 Minutes (Paris)

Au Conseil de Pa­ris, les af­faires au centre des dé­bats

Des élus de l’as­sem­blée, qui s’ouvre mar­di pour trois jours, font l’ob­jet de dif­fé­rentes ac­cu­sa­tions, de viol ou d’agres­sions sexuelles

- Ro­main Les­cu­rieux Crime · Sexual Abuse · Violence and Abuse · Society · Paris · Anne Hidalgo

Des dé­bats et des af­faires. Le pre­mier Conseil de Pa­ris de l’an­née 2021 s’ouvre mar­di pour trois jours avec un pro­gramme char­gé : ave­nir du bud­get par­ti­ci­pa­tif, pro­jet de ré­amé­na­ge­ment de la gare du Nord, la si­tua­tion sa­ni­taire, la crise éco­no­mique. Mais des ombres planent sur l’as­sem­blée et la ma­jo­ri­té, en­gluée de­puis plu­sieurs mois dans de plus en plus d’af­faires d’ac­cu­sa­tions de viol et d’agres­sions sexuelles.

« De­nis Bau­pin, Ch­ris­tophe Gi­rard, Pierre Ai­den­baum, un col­la­bo­ra­teur d’Anne Souy­ris, Maxime Co­chard [lire l’en­ca­dré]… Ça com­mence à faire beau­coup et ça touche l’en­semble des for­ma­tions po­li­tiques ! », ré­agit la conseillèr­e de Pa­ris Da­nielle Si­mon­net (LFI). « Pour­quoi je mets tout ça en­semble ? Parce que la lutte contre les vio­lences sexistes et sexuelles est pri­mor­diale, re­prend celle qui compte se sai­sir du su­jet lors du Conseil de Pa­ris. Ces vio­lences sont liées à la do­mi­na­tion pa­triar­cale qui s’ar­ti­cule aus­si avec la do­mi­na­tion de classe Il faut que la Ville montre qu’elle se pré­oc­cupe de ces su­jets. » D’au­tant que l’af­faire Ch­ris­tophe Gi­rard, qui se­ra bel et bien pré­sent mar­di, mais iso­lé et sans éti­quette, reste dans la tête de beau­coup d’élus.

«Ne pas se fo­ca­li­ser»

L’an­cien ad­joint d’Anne Hi­dal­go, ac­cu­sé de viol dans une af­faire clas­sée sans suite, a éga­le­ment été en­ten­du dans l’en­quête pour viols sur mi­neurs vi­sant l’écri­vain Ga­briel Matz­neff. Il avait dé­ci­dé d’opé­rer un grand re­tour dans l’as­sem­blée en ce dé­but d’an­née. Mais, jeu­di, il a fi­na­le­ment été lâ­ché par le groupe Pa­ris en com­mun, dont il était membre. « On m’a de­man­dé de me mettre en re­trait, on vou­lait que je sois la Belle au bois dor­mant jus­qu’au mois de sep­tembre et jus­qu’à la pos­sible dé­ci­sion d’Anne Hi­dal­go d’al­ler à l’élec­tion pré­si­den­tielle, mais non, je ne se­rai pas la Belle au bois dor­mant », a-t-il ex­pli­qué à l’AFP, pré­ci­sant qu’il se­rait pré­sent, en « élu so­li­taire ».

« J’es­père que, d’ici à mar­di, quel­qu’un par­vien­dra à lui faire en­tendre rai­son, a in­di­qué Fa­tou­ma­ta Koné, pré­si­dente du groupe EELV au Conseil de Pa­ris. On ai­me­rait évi­ter que le Conseil soit fo­ca­li­sé là-des­sus. »

 ??  ??
 ??  ?? Le groupe d’Anne Hi­dal­go, Pa­ris en com­mun, a ex­clu Ch­ris­tophe Gi­rard.
Le groupe d’Anne Hi­dal­go, Pa­ris en com­mun, a ex­clu Ch­ris­tophe Gi­rard.

Newspapers in French

Newspapers from France