20 Minutes (Paris)

Bien­tôt des doses sans bre­vet ?

Des voix s’élèvent pour ré­cla­mer la le­vée des bre­vets at­ta­chés aux vac­cins, afin de pro­té­ger plus ra­pi­de­ment la po­pu­la­tion mon­diale

- Anis­sa Bou­me­diene Business · Health · Medical Activism · Anti-Vaccers · Alternative Medicine · Emmanuel Macron · Pfizer · Paris · United States of America · European Union

« Tous les Fran­çais adultes qui le sou­haitent pour­ront se faire vac­ci­ner d’ici à la fin de l’été. » C’est ce qu’Em­ma­nuel Ma­cron a pro­mis lors de son in­ter­ven­tion té­lé­vi­sée sur­prise, mar­di soir. En­core faut-il dis­po­ser de doses pour tout le monde. Et si li­bé­rer les vac­cins an­ti-Co­vid de leur bre­vet était alors la so­lu­tion ?

Plu­sieurs di­zaines de mi­li­tants et d’élus com­mu­nistes ont ma­ni­fes­té mer­cre­di en ce sens. «Vac­cins : bien com­mun pour l’hu­ma­ni­té», pou­vait-on lire sur les pan­cartes de la tren­taine de mi­li­tants ras­sem­blés de­vant le siège de Pfi­zer, à Pa­ris. «Le su­jet est trop grave pour lais­ser les bre­vets aux mains d’in­té­rêts pri­vés », a ex­pli­qué Ra­phaël De­bû, se­cré­taire dé­par­te­men­tal du par­ti. Nombre d’Etats ont in­ves­ti des mil­liards d’eu­ros pour fi­nan­cer la re­cherche – Etats-Unis et Union eu­ro­péenne en tête, mais l’an­nonce de vac­cins ef­fi­caces a son­né l’heure du re­tour sur in­ves­tis­se­ment pour être les pre­miers ser­vis. Au jeu de l’offre et de la de­mande, et avec des vac­cins Pfi­zerBioNTec­h et Mo­der­na com­mer­cia­li­sés au­tour de 15 € la dose, les firmes phar­ma­ceu­tiques sont les grandes ga­gnantes. Elles sont en po­si­tion de force et n’ont au­cun in­té­rêt pé­cu­niaire à le­ver leurs bre­vets et au­to­ri­ser la pro­duc­tion de vac­cins gé­né­riques.

«Tech­niques de pointe»

Au-de­là de l’as­pect fi­nan­cier, la li­bé­ra­tion des bre­vets se­rait-elle la bonne ré­ponse pour dé­mul­ti­plier la vac­ci­na­tion ? « Pas for­cé­ment à court terme, ré­pond Jo­ce­lyn Raude, en­sei­gnant-cher­cheur en psy­cho­lo­gie so­ciale de la san­té et des ma­la­dies in­fec­tieuses à l’Ecole des hautes études en san­té pu­blique. Mais, à moyen terme, ce­la pour­rait être une so­lu­tion concrète pour fa­vo­ri­ser l’ac­cès des pays en dé­ve­lop­pe­ment à la vac­ci­na­tion. »

Et si les bre­vets des vac­cins an­ti-Co­vid étaient le­vés, les usines pour­raient-elles pro­duire des cen­taines de mil­lions de doses à tra­vers le monde ? Rien n’est moins sûr. «Il faut un sa­voir-faire tech­no­lo­gique, sou­ligne Jo­ce­lyn Raude. On est ici sur des tech­niques de pointe, qui sont dé­ve­lop­pées seule­ment de­puis quelques an­nées. Même si on re­ti­rait l’en­semble des bre­vets, il y au­rait, outre le ver­rou ju­ri­dique, un ver­rou tech­no­lo­gique. »

 ??  ?? Les vac­cins Pfi­zer-BioN­Tech et Mo­der­na sont ven­dus en­vi­ron 15 € la dose.
Les vac­cins Pfi­zer-BioN­Tech et Mo­der­na sont ven­dus en­vi­ron 15 € la dose.

Newspapers in French

Newspapers from France