20 Minutes (Paris)

Le pa­tron des JO de To­kyo sur la sel­lette après ses pro­pos sexistes

-

Le pré­sident du Co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion des Jeux olym­piques de To­kyo, Yo­shi­ro Mo­ri, s’est ex­cu­sé, jeu­di, dans un mé­dia ja­po­nais, pour les pro­pos sexistes qu’il a te­nus la veille et a évo­qué l’éven­tua­li­té de dé­mis­sion­ner, s’il y était contraint. « Si les ap­pels à ma dé­mis­sion de­viennent plus forts, je pour­rais être obli­gé de quit­ter mon poste», a dé­cla­ré M. Mo­ri au quo­ti­dien Mai­ni­chi. «J’ai­me­rais pré­sen­ter mes ex­cuses», a-t-il ajou­té, as­su­rant avoir par­lé «sans ré­flé­chir». Mer­cre­di, cet an­cien Pre­mier mi­nistre du Ja­pon, âgé de 83 ans, s’était plaint que «les conseils d’ad­mi­nis­tra­tion avec beau­coup de femmes prennent beau­coup de temps», car elles ont, se­lon lui, «du mal à fi­nir» leurs in­ter­ven­tions, se­lon des pro­pos rap­por­tés par le jour­nal nip­pon Asa­hi. «Les femmes ont l’es­prit de com­pé­ti­tion. Si l’une lève la main, les autres croient qu’elles doivent s’ex­pri­mer aus­si. C’est pour ça que tout le monde fi­nit par par­ler», avait-il dé­ve­lop­pé lors d’une réunion avec le Co­mi­té olym­pique ja­po­nais qui était ou­verte à la presse. M. Mo­ri s’était aus­si fé­li­ci­té que les femmes membres du co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion de To­kyo sachent «res­ter à leur place».

Ni le ser­vice de presse de To­kyo-2020 ni le porte-pa­role du gou­ver­ne­ment ja­po­nais, Kat­su­no­bu Ka­to, n’ont ré­agi of­fi­ciel­le­ment aux pro­pos de M. Mo­ri. Ses dé­cla­ra­tions ont dé­clen­ché des ré­ac­tions ou­trées sur les ré­seaux so­ciaux au Ja­pon, avec les mots-dièses «ça suf­fit», «mi­so­gy­nie» ou «nous exi­geons la dé­mis­sion de Yo­shi­ro Mo­ri » sur Twit­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France