20 Minutes (Paris)

L’ultime es­poir de « Ju­lie », qui ac­cuse 22 pom­piers de viol

- Vincent Van­ti­ghem

Lyon, Stras­bourg, Cler­mont-Fer­rand, Pa­ris, Versailles… Des cen­taines de per­sonnes ont ma­ni­fes­té, ce week-end, afin de ré­cla­mer «jus­tice» pour Ju­lie*. Onze ans après les faits, cette jeune femme ac­cuse tou­jours 22 pom­piers de l’avoir vio­lée, alors qu’elle était mi­neure. Ce mer­cre­di, la Cour de cas­sa­tion doit se pen­cher sur le dos­sier. Ju­lie es­père que les faits qu’elle dé­nonce se­ront re­qua­li­fiés en viol et non pas en at­teinte sexuelle sur mi­neure, comme en a dé­ci­dé un juge d’ins­truc­tion, en juillet 2019, et la cour d’ap­pel de Versailles, en no­vembre 2020.

Un dos­sier com­plexe

Au-de­là des ar­gu­ties ju­ri­diques, cette af­faire illustre les ques­tions qui tra­versent la so­cié­té au­jourd’hui. Car Ju­lie n’avait que 14 ans quand elle a ren­con­tré Pierre C., l’un des pom­piers mis en cause. Dé­pres­sive et en grande souf­france, elle ex­plique avoir été contrainte à des rap­ports sexuels avec lui alors qu’elle était «in­ca­pable» de don­ner son consen­te­ment. La re­la­tion au­rait en­suite dé­gé­né­ré, et de nom­breux autres pom­piers au­raient pro­fi­té de sa « vul­né­ra­bi­li­té ». Pour leur dé­fense, ceux-ci ex­pliquent qu’elle était au contraire «en de­mande », sol­li­ci­tant de nom­breux ren­dez-vous. Com­plexe, le dos­sier in­ter­roge la no­tion de consen­te­ment et de dis­cer­ne­ment. La Cour de cas­sa­tion pour­rait dé­ci­der de re­lan­cer les in­ves­ti­ga­tions. La dé­ci­sion de­vrait être mise en dé­li­bé­ré.

* Le pré­nom a été chan­gé.

 ??  ?? Des ma­ni­fes­ta­tions en sou­tien à Ju­lie ont eu lieu, ce week-end, en France.
Des ma­ni­fes­ta­tions en sou­tien à Ju­lie ont eu lieu, ce week-end, en France.

Newspapers in French

Newspapers from France