20 Minutes (Paris)

Le Losc pour­ra s’ap­puyer sur son contin­gent turc

Em­me­né par ses joueurs turcs, Lille af­fronte l’Ajax en Ligue Europa ce jeu­di

- A Lille, François Lau­nay Politics · Ajax Amsterdam · Amsterdam · Turkey · France · Tourcoing · Joseph in Islam · Burak Yılmaz

Que deux sur le ter­rain, mais des mil­liers de­vant le poste, à sou­te­nir le Losc, ce jeu­di en Ligue Europa face à l’Ajax Am­ster­dam. Avec la pré­sence de leurs com­pa­triotes Ya­zi­ci, Ce­lik et Yil­maz (ce der­nier ne joue­ra pas face aux Ba­taves), les Turcs se prennent de pas­sion pour le club nor­diste. « Toute la Tur­quie re­garde le Losc », sou­rit Ibra­him Al­ci, pré­sident de l’as­so­cia­tion Fran­co-Turcs du Nord.

En lien avec la com­mu­nau­té

Mais il n’y a pas qu’au pays que les Turcs du Losc bé­né­fi­cient d’une grosse cote d’amour. Dans le Nord, la com­mu­nau­té fran­co-turque est très im­po­sante, avec pas moins de 15 000 per­sonnes. Un hé­ri­tage cultu­rel qui date des an­nées 1970. « A cette époque, les in­dus­tries tex­tiles de Rou­baix, Tour­coing ou en­core Wat­tre­los fai­saient tra­vailler beau­coup de monde, in­dique Ibra­him Al­ci. Les Turcs ont été in­vi­tés pour re­cons­truire la France, mais ont eu beau­coup de mal à s’in­té­grer, car ils ne par­laient pas la langue. Au­jourd’hui, on en est à la troi­sième gé­né­ra­tion. » Par­mi eux, beau­coup sont fans de foot. Du coup, quand le Losc a com­men­cé à re­cru­ter au pays, les joueurs ont été ac­cueillis les bras ou­verts. « Ze­ki [Ce­lik, ar­ri­vé le pre­mier en 2018] est très ré­ser­vé, ra­conte le pré­sident de l’as­so­cia­tion. Yu­suf [Ya­zi­ci] est plus jo­vial, plus ou­vert. Quant à Bu­rak [Yil­maz], c’est le kral (le roi), comme on l’ap­pelle en Tur­quie. Il a énor­mé­ment d’ex­pé­rience et il guide les deux autres. Il y a un grand res­pect pour lui. Il est consi­dé­ré comme leur grand frère, leur ca­pi­taine. »

Sur­pris de l’im­por­tance de la com­mu­nau­té turque dans le Nord, les trois pros ont été ai­dés dans leurs dif­fé­rentes dé­marches, comme la re­cherche d’une mai­son, d’un coif­feur ou d’un bon res­to. Avant la fer­me­ture des stades au pu­blic, ils étaient entre 300 et 500 sup­por­ters d’ori­gine turque à se rendre au stade pour en­cou­ra­ger leurs pro­té­gés. En re­tour, les joueurs lil­lois par­ti­cipent aus­si à la vie de la com­mu­nau­té : ma­ni­fes­ta­tions cultu­relles, en­traî­ne­ments dans des clubs de la mé­tro­pole, séances de dé­di­caces... « Ce sont des gens qui savent d’où ils viennent et ont conscience de la chance qu’ils ont eue, re­lève Ibra­him Al­ci . Ils aident beau­coup de gens, mais ils ne le montrent pas. »

 ??  ?? Yil­maz (à g.) et Ya­zi­ci sont ve­nus gar­nir la com­mu­nau­té turque dans le Nord.
Yil­maz (à g.) et Ya­zi­ci sont ve­nus gar­nir la com­mu­nau­té turque dans le Nord.

Newspapers in French

Newspapers from France