20 Minutes (Paris)

A l’heure où Daft Punk pose le casque, re­tour sur les sons les plus my­thiques du duo fran­çais

Le duo fran­çais a an­non­cé lun­di sa sé­pa­ra­tion. Re­tour sur son in­croyable par­cours

- Anne De­mou­lin Entertainment · Music · Youtube · Paris · Phoenix · Chicago · Chicago Transit Authority · Europe · Janet Jackson · Madonna · George Michael · France · Daft Punk · Pitchfork Media · Thomas Bangalter · Guy-Manuel de Homem-Christo

Ils n’avaient rien pos­té sur leur chaîne YouTube de­puis cinq ans. Au­tant dire que c’est un élec­tro­choc. Lun­di, Daft Punk a pu­blié une vi­déo in­ti­tu­lée « Epi­logue », dans la­quelle on voit le duo cas­qué mar­cher vers l’ho­ri­zon. Un dé­compte s’en­clenche et l’un des membres ex­plose en mille éclats. Les images sont ex­traites de leur film de 2006, Elec­tro­ma. La mu­sique dé­marre, tan­dis que ce mes­sage ap­pa­raît : « 1993-2021. » Voi­là, Daft Punk, c’est fi­ni ! L’an­nonce a été confir­mée par leur agente au­près des sites Pit­ch­fork et Va­rie­ty. Mais au­cune rai­son n’est avan­cée. Re­tour sur ces trois dé­cen­nies où le duo for­mé par Tho­mas Ban­gal­ter et GuyMa­nuel de Ho­mem-Ch­ris­to a fait dan­ser la pla­nète.

Les deux gar­çons, plu­tôt ti­mides, se ren­contrent sur les bancs du col­lège Car­not, à Pa­ris, en 1986. Après une ten­ta­tive de rock un peu brouillonn­e avec Dar­lin’, un trio avec Laurent Bran­co­witz, fu­tur gui­ta­riste du groupe Phoe­nix, et alors que la vague tech­no en­va­hit l’Hexa­gone, Tho­mas Ban­gal­ter et GuyMa­nuel de Ho­mem-Ch­ris­to, fans ab­so­lus du la­bel Dance Ma­nia, de Chi­ca­go, fondent en 1993 le duo Daft Punk. Une ex­pres­sion qui vient d’une cri­tique bri­tan­nique de Me­lo­dy Ma­ker, qui avait qua­li­fié le son de Dar­lin’de «daft pun­ky trash», lit­té­ra­le­ment « punk idiot ».

A cette époque, Tho­mas Ban­gal­ter et Guy-Ma­nuel de Ho­mem-Ch­ris­to mixent sans casque dans des raves confi­den­tielles. Ils sortent en 1994 leur pre­mier EP trois titres, The New Wave.

Sol­li­ci­tés par Ma­don­na

L’an­née 1995 est celle de leur pre­mier suc­cès, avec Da Funk et Rol­lin’and Scrat­chin’. Le titre se ré­pand dans toutes les raves et les clubs d’Eu­rope. Re­pé­rés à la 17e édi­tion des Trans Mu­si­cales de Rennes par Vir­gin, les deux jeunes Fran­çais signent un contrat in­édit avec la mul­ti­na­tio­nale. Ho­me­work marque le triomphe du home stu­dio. Sor­ti en 1997, l’al­bum s’écoule à un mil­lion d’exem­plaires à tra­vers le monde en deux ans. Ja­net Jack­son, Ma­don­na ou George Mi­chael ne tardent pas à sol­li­ci­ter – en vain – les pe­tits Fren­chies. Les Daft Punk ont pla­cé la France dans la carte du monde mu­si­cal. Ils ap­pa­raî­tront dé­sor­mais tou­jours cas­qués.

Leur se­cond al­bum, com­mer­cia­li­sé en 2001, s’in­ti­tule Dis­co­ve­ry. Il sert de bande-son au film d’ani­ma­tion muet In­ters­tel­la 5555, The 5to­ry of the 5 ecret 5tar 5ys­tem. « On a tou­jours es­sayé d’ins­crire notre mu­sique dans une dé­marche ar­tis­tique glo­bale. On s’est mis à dé­ve­lop­per un ima­gi­naire fort», ex­plique Tho­mas Ban­gal­ter à Trax­mag. Leur em­preinte dans l’ima­gi­naire s’ap­pro­fon­dit avec Daft Club, un al­bum de re­mix, Hu­man Af­ter All, leur troi­sième al­bum stu­dio tech­no house, le live Alive 2007 et la bande ori­gi­nale de Tron, L’Hé­ri­tage. Le vi­sage tou­jours dis­si­mu­lé par leurs casques fu­tu­ristes, ils sont faits che­va­liers de l’Ordre des Arts et des Lettres en 2010.

Les Daft Punk cultivent leurs ab­sences et leurs ap­pa­ri­tions. Après des mois de ru­meurs, Ran­dom Ac­cess Me­mo­ries sort en 2013. Dès la pre­mière se­maine, l’al­bum se classe pre­mier qua­si­ment par­tout dans le monde. « Cet al­bum est la "mé­moire vive" d’un or­di­na­teur. Au plu­riel, ça de­vient "sou­ve­nirs"», ex­plique Tho­mas Ban­gal­ter au JDD. Et nul doute que les Daft Punk en lais­se­ront beau­coup à leurs fans.

 ??  ??
 ?? M. Sayles / AP / Si­pa ??
M. Sayles / AP / Si­pa

Newspapers in French

Newspapers from France