Science-fic­tion

«Blade Run­ner», « Run­ning Man », « Aki­ra »... Quelle est la fic­tion la plus proche de la réa­li­té de 2019 ?

20 Minutes (Rennes) - - LA UNE - Laure Beau­don­net et Vincent Ju­lé

Le 1er jan­vier, nous avons été pro­pul­sés dans le monde de de­main. Et nous n’avons rien vu ve­nir. Ou presque. Des oeuvres de science-fic­tion, telles qu’Aki­ra, Blade Run­ner ou Run­ning Man, avaient dé­jà leurs idées sur cette an­née qui s’ouvre à nous. Pe­tit in­ven­taire des ver­sions de 2019 aux­quelles on a (to­ta­le­ment?) échap­pé. L’une des ver­sions les plus sé­dui­santes est celle d’Isaac Asi­mov. Dans un ar­ticle pa­ru en 1983 dans The Star, l’au­teur de la sa­ga « Fon­da­tion » an­non­çait, pour 2019, une pro­fonde mu­ta­tion du monde du tra­vail. « Les emplois qui dis­pa­raî­tront se­ront les tra­vaux de rou­tine de bu­reau et de chaîne de mon­tage as­sez simples et ré­pé­ti­tifs. (…) Les ro­bots et les ma­chines pren­dront le re­lais. » Se­lon Isaac Asi­mov, les ro­bots au­raient dû per­mettre aux hu­mains de vivre une vie plus libre en loi­sirs. « Non pas un loi­sir pour ne rien faire, mais pour faire ce que nous vou­lons faire », pré­ci­sait-il.

Du cô­té d’Aki­ra, l’op­ti­misme est moins de mise. Man­ga culte, Aki­ra est éga­le­ment une oeuvre mi­roir du Ja­pon… et du monde ? En 1988 (date de sor­tie du film), une ex­plo­sion dé­truit To­kyo et an­nonce la Troi­sième Guerre mon­diale. En 2019, la ca­pi­tale est de­ve­nue Neo-To­kyo. «Je vou­lais ra­con­ter une his­toire dans un Ja­pon res­sem­blant à ce­lui de l’après-Se­conde Guerre mon­diale, ex­pli­quait l’au­teur Kat­su­hi­ro Oto­mo en 2012 dans le ma­ga­zine dBD. Avec un gou­ver­ne­ment contes­té, un monde en re­cons­truc­tion, des in­fluences po­li­tiques ex­té­rieures, un ave­nir in­cer­tain et une bande de jeunes li­vrés à eux-mêmes. » Cette an­née, l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (IA) s’éveille à la conscience. Ah non, c’est seule­ment dans Blade Run­ner, le film de Rid­ley Scott, où un ex-flic traque un groupe de ro­bots. Ces der­niers sont ap­pe­lés les « ré­pli­cants », des an­droïdes créés à l’image de l’homme et uti­li­sés no­tam­ment dans le do­maine mi­li­taire. De­puis quelques an­nées, l’IA est de plus en plus ro­buste, ca­pable d’or­ga­ni­ser notre agenda et de com­prendre ce qu’on lui dit pour en­voyer un SMS à notre place. Mais pour l’heure, l’in­tel­li­gence des ma­chines est très li­mi­tée et les armes au­to­nomes ap­par­tiennent en­core au do­maine de la science-fic­tion. En­fin, Run­ning Man se penche sur la té­lé­réa­li­té... en 2019. Sor­ti en 1987, le film de Paul Mi­chael Gla­ser, ti­ré d’un ro­man de Ste­phen King, se dé­roule dans une Amé­rique to­ta­li­taire où, pour pa­ci­fier les es­prits, le gou­ver­ne­ment a créé un show té­lé dans le­quel des pri­son­niers doivent échap­per à des tueurs pour leur li­ber­té. Le film met au jour le pire de la té­lé­réa­li­té : ex­pé­riences trau­ma­ti­santes, images chocs, cha­cun pour soi... Mais ce n’est que de la science-fic­tion, n’est-ce pas ?

Les ro­bots au­raient dû per­mettre aux hu­mains de vivre une vie plus libre en loi­sirs, se­lon Asi­mov.

Dans « Blade Run­ner », l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle prend le pou­voir en 2019.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.