Com­men­cer les cours plus tard se­rait bé­né­fique aux élèves

20 Minutes (Rennes) - - ACTUALITÉ - Del­phine Ban­caud

Pros­crire les cours à 8 h pour per­mettre aux col­lé­giens et aux ly­céens d’être mieux ré­veillés lors des pre­mières heures de classe, et ain­si d’ap­prendre mieux. L’idée n’est pas nou­velle, mais elle a été re­lan­cée la se­maine der­nière par la pré­si­dente (LR) de la ré­gion Ile-de-France, Va­lé­rie Pé­cresse, qui a de­man­dé au mi­nistre de l’Edu­ca­tion de lan­cer une telle ex­pé­ri­men­ta­tion. Se­lon plu­sieurs études réa­li­sées au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, re­cu­ler les ho­raires quo­ti­diens au­raient des ef­fets po­si­tifs sur les ca­pa­ci­tés d’ap­pren­tis­sage des élèves ado­les­cents. Et ce, pour des rai­sons bio­lo­giques : « A la pu­ber­té, on as­siste à un re­tard des phases phy­sio­lo­giques, ex­plique Claire Le­conte, pro­fes­seure émé­rite en psy­cho­lo­gie de l’édu­ca­tion et cher­cheuse en chro­no­bio­lo­gie. Le soir, les ado­les­cents vont na­tu­rel­le­ment s’en­dor­mir une heure plus tard qu’ils ne le fai­saient avant et, le ma­tin, ils vont se ré­veiller plus tard aus­si.» L’autre moyen d’amé­lio­rer leurs ca­pa­ci­tés d’ap­pren­tis­sage se­rait de re­voir leurs emplois du temps. « Il faut évi­ter cer­taines aber­ra­tions comme les cours d’EPS à 14 h avec un cours d’his­toire-géo der­rière, par exemple, pour­suit Claire Le­conte. Après le sport, ils se­ront fa­ti­gués. Idéa­le­ment, il fau­drait qu’ils com­mencent leur jour­née avec des cours plus pra­tiques et plus créa­tifs, qu’ils dé­jeunent vers 13 h… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.