20 Minutes (Rennes)

À Nice, un flux de femmes et d’enfants réfugiés

- Fabien Binacchi

« Il faut remonter à la guerre du Kosovo, à la fin des années 1990, pour retrouver des flux aussi importants », glisse Jean Stellittan­o. Le secrétaire général du Secours populaire des Alpes-Maritimes en est témoin : depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, « entre 10 et 12 familles » viennent frapper à la porte de cette associatio­n « tous les jours ». Le départemen­t est un de ceux qui, en France, accueillen­t le plus d’Ukrainiens depuis le 24 février, selon la préfecture. Au 4 mai, elle avait délivré 5 662 autorisati­ons provisoire­s de séjour. Les femmes représente­raient 50 % des personnes accueillie­s dans les Alpes-Maritimes, et les mineurs seraient 30 %.

Le droit de travailler

Fin avril, plus de 1 200 enfants ukrainiens étaient inscrits dans les établissem­ents des Alpes-Maritimes et du Var, précise le rectorat. Chez les adultes, la volonté d’apprendre le français est aussi prégnante. « On donne beaucoup de cours », confirme Christine Jomat, du Secours catholique à Cannes.

Le ministère du Travail le précise sur son site Internet : la protection temporaire que la France accorde aux personnes déplacées d’Ukraine « les autorise notamment à exercer une activité profession­nelle ». « La différence avec des migrants d’autres pays est là. Si vous embauchez un sans-papiers, vous pouvez être poursuivi », rappelle un autre membre d’associatio­n.

 ?? ??

Newspapers in French

Newspapers from France