Les deux jours fé­riés et les ponts nuisent aux dons

Les deux jours fé­riés consé­cu­tifs et les ponts de­vraient com­pli­quer les dons

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - Propos recueillis par Fabrice Pou­li­quen

Deux jours fé­riés sur une même se­maine : le bon­heur pour de nom­breux sa­la­riés et une source de stress pour l’Eta­blis­se­ment fran­çais du sang (EFS). Les pro­duits san­guins qu’il col­lecte pour ré­pondre aux be­soins ont une du­rée de vie li­mi­tée. Une se­maine noire en termes de dons peut donc avoir des consé­quences lourdes. Ah­med Slimani, mé­de­cin res­pon­sable des sites fixes pa­ri­siens de l’EFS, fait le point pour 20 Mi­nutes. Ces der­nières se­maines, l’EFS di­sait craindre une « se­maine blanche » pour la col­lecte... Qu’en est-il ? De­puis long­temps, nous avions poin­té cette se­maine dans le ca­len­drier et ten­té de l’an­ti­ci­per. Nous nous sommes ain­si mo­bi­li­sés à l’EFS pour ou­vrir des sites de col­lecte fixes pen­dant les jours fé­riés. Ils sont ou­verts sur ren­dez-vous et consa­crés aux dons de pla­quettes, l’une de nos prio­ri­tés. En pa­ral­lèle, des col­lectes mo­biles, cette fois-ci pour les dons de sang to­tal, sont as­su­rées les jours fé­riés. Ce mois de mai est-il tou­jours une pé­riode com­pli­quée pour l’EFS ? Oui, c’est une pé­riode que nous ap­pré­hen­dons tou­jours, comme les deux mois de va­cances d’été ou le mois de dé­cembre. La par­ti­cu­la­ri­té, cette an­née, ce sont ces deux jours fé­riés sur une même se­maine et juste après une pé­riode de va­cances sco­laires. Mal­gré les moyens mo­bi­li­sés, on sait très bien que la col­lecte se­ra plus faible par rap­port à une se­maine nor­male. Nous at­tein­drons dif­fi­ci­le­ment la barre des 10 000 dons de sang né­ces­saires chaque jour. Nous ne sommes pas dans le rouge ac­tuel­le­ment, puisque nous avons 100 000 dons de sang en ré­serve au ni­veau na­tio­nal. C’est un ni­veau cor­rect. Mais notre dif­fi­cul­té est que les pro­duits san­guins que nous col­lec­tons ont une du­rée de vie li­mi­tée. Le plas­ma peut se conser­ver un an, donc on peut se per­mettre d’avoir une se­maine plus com­pli­quée. En re­vanche, les dons de glo­bules rouges ne peuvent être conser­vés que 42 jours et ceux de pla­quettes cinq jours seu­le­ment. Sur ces deux pro­duits, une se­maine très basse en termes de col­lecte peut nous mettre en dif­fi­cul­té. Il faut être le plus ré­gu­lier pos­sible. Au re­gard de leur du­rée de vie courte, on ne peut pas se dire : « Tant pis, on fe­ra une meilleure col­lecte la se­maine pro­chaine. » La crainte est-elle ac­cen­tuée cette an­née par la pé­nu­rie de mé­de­cins ? Oui, c’est une autre dif­fi­cul­té. Nous lan­çons ré­gu­liè­re­ment des ap­pels à re­cru­te­ment au­près de l’ordre de mé­de­cins. Il nous en faut au moins un sur chaque col­lecte et sur chaque site fixe et nous avons dû ef­fec­ti­ve­ment fer­mer des sites et/ou an­nu­ler des col­lectes mo­biles.

« Les dons de pla­quettes peuvent être conser­vés cinq jours seu­le­ment. »

Pen­dant les jours fé­riés, l’Eta­blis­se­ment fran­çais du sang (EFS) ouvre plu­sieurs sites de col­lectes fixes et mo­biles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.