L’OM touche au but

Foot­ball An­toine Griez­mann mul­ti­plie les dé­cla­ra­tions d’amour à l’OM. Pour­tant, pe­tit, il sup­por­tait l’OL

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - A Lyon, Jé­ré­my Lau­gier et Jean Saint-Marc

Ce jeu­di à 20h45, Mar­seille dé­fie l’At­lé­ti­co de Ma­drid en fi­nale de la Ligue Eu­ro­pa. En cas de vic­toire, l’OM de­vien­drait le pre­mier club fran­çais à rem­por­ter deux titres conti­nen­taux.

Yeux bleus, che­veux blonds. Et maillots de toutes les cou­leurs ? Dans les al­bums pho­tos de la fa­mille Griez­mann, le ga­min porte al­ter­na­ti­ve­ment les cou­leurs de l’OL et de l’OM. Au­jourd’hui, en in­ter­view, il en fait des tar­tines sur son amour pour l’OM. « J’adore le Vé­lo­drome, j’adore le maillot, as­su­rait dans L’Equipe l’at­ta­quant de l’At­lé­ti­co, qui af­fronte Mar­seille en fi­nale de la Ligue Eu­ro­pa ce mer­cre­di. Pour moi, c’est vrai­ment le plus grand club en France.» En pri­vé, Griez­mann ne s’épanche pas au­tant. « C’est vrai qu’il parle beau­coup de ça avec les jour­na­listes, pas trop avec nous», se marre Adil Ra­mi. A Mar­seille, cer­tains sup­por­ters voient dans ces dé­cla­ra­tions d’amour un plan com me­né par Pu­ma, fu­tur équi­pe­men­tier du club, et dont An­toine Griez­mann est l’égé­rie. «Ce­la m’éton­ne­rait que Pu­ma lui ait de­man­dé quelque chose dans ce gen­re­là, as­sure son an­cien conseiller en image Sé­bas­tien Bel­len­contre. Même si ça avait été le cas, je ne pense pas qu’il au­rait ac­cep­té. » La pas­sion olym­pienne se­rait donc sin­cère, ra­vi­vée par son dou­blé lors de la de­mie de l’Eu­ro France-Al­le­magne, au Vé­lo­drome. Une pas­sion qui re­monte à l’enfance, si l’on en croit ses dé­cla­ra­tions. «Tout pe­tit, j’étais mar­seillais, ex­pli­quait-il sur RMC en 2014. J’al­lais au Vé­lo­drome. Et quand Son­ny An­der­son est ar­ri­vé à Lyon [en 1999], on va dire que j’ai chan­gé!» A l’âge de 8 ans, donc, ce qui laisse as­sez peu de temps pour s’em­bal­ler pour l’OM. Ch­ris­tophe Gros­jean a en­traî­né l’at­ta­quant du­rant trois sai­sons à Mâ­con, de 9 à 12 ans : « An­toine était plus proche de Lyon que de Mar­seille. Il avait sou­vent des maillots de l’OL à l’en­traî­ne­ment. Je pense que Lyon était quand même son club de coeur. Mais peut-être a-t-il nour­ri une ran­coeur en n’étant pas re­te­nu là-bas, mal­gré plu­sieurs es­sais. » A 11 ans, Griez­mann vi­vait, de­puis les tri­bunes de Ger­land, l’in­can­des­cent pre­mier titre de cham­pion de France des Lyon­nais. A 13 ans, il s’exi­lait pour le Pays basque et la Real So­cie­dad. « Son pa­pa était fan de l’OL et je pense qu’An­toine ai­mait bien Lyon aus­si, conclut Gé­rard Bon­neau, res­pon­sable de la cel­lule de re­cru­te­ment chez les jeunes à l’OL. Mais comme il n’a pas gran­di là, il a pu chan­ger. »

« Avec l’ar­ri­vée d’An­der­son à Lyon, on va dire que j’ai chan­gé. » An­toine Griez­mann

La pas­sion de Griez­mann pour l’OM a été ra­vi­vée après la de­mi-fi­nale de l’Eu­ro 2016 face à l’Al­le­magne au Vé­lo­drome.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.