Ils craignent que la loi Elan soit un frein au lo­ge­ment adap­té

Han­di­cap Un ar­ticle du pro­jet de loi pré­voit un quo­ta de 10 % de lo­ge­ments ac­ces­sibles seule­ment

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - Gilles Va­re­la

« Alors que la po­pu­la­tion fran­çaise vieillit, que l’on fait de plus en plus d’hospitalisations am­bu­la­toires, l’Etat veut fixer un quo­ta de 10 % de lo­ge­ments adap­tés seule­ment », rage Isa­belle Scheuer, re­pré­sente dé­par­te­men­tale de l’as­so­cia­tion APF France Han­di­cap.

Le flou du lo­ge­ment évo­lu­tif

Une in­quié­tude que par­tage Ch­ris­tian Meis­ter­mann, le re­pré­sen­tant ré­gio­nal de l’as­so­cia­tion : « Jus­qu’à pré­sent, sur 100 lo­ge­ments construits, 40 sont ac­ces­sibles… Avec la loi Elan, il y en au­ra seule­ment quatre. » Et ce n’est pas la pro­messe de 90 % de lo­ge­ments évo­lu­tifs pro­mis par le pro­jet de loi qui ras­sure, loin de là. « C’est très flou. C’est quoi un lo­ge­ment évo­lu­tif ? Pou­voir bou­ger une cloi­son, faire d’un F2 un loft et perdre son in­ti­mi­té ? », iro­nise Ch­ris­tian Meis­ter­mann. Une pers­pec­tive qui in­quiète Martine Lau­mo­nier, han­di­ca­pée, mais qui a eu la chance d’ob­te­nir un lo­ge­ment ac­ces­sible de 68 m2 à Eschau : « Un lo­ge­ment adap­té, c’est une mul­ti­tude de choses comme des sa­ni­taires à bonne hauteur et bien pla­cés, des portes cou­lis­santes dans sa douche, sans quoi on ne peut plus rien faire. » Les as­so­cia­tions qui de­mandent le re­trait de cet ar­ticle de loi re­doutent le pire. No­tam­ment l’iso­le­ment des per­sonnes han­di­ca­pées, âgées, mais aus­si que les col­lec­ti­vi­tés ne soient plus en ca­pa­ci­té de construire des lo­ge­ments adap­tés, alors que la de­mande ne fait qu’aug­men­ter.

Dans les lo­ge­ments adap­tés, les éviers sont à la bonne hauteur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.