Le Ra­cing réa­lise en­core un jo­li coup face au PSG (1-1)

Les fans de Ri­ver et Bo­ca, pré­sents à Ma­drid pour la Co­pa Li­ber­ta­dores, ont dé­pen­sé une for­tune

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - Ay­me­ric Le Gall

« Je me fous que tu gagnes, je me fous que tu perdes, où tu joue­ras, je se­rai, je te l’ai dé­jà dé­mon­tré. » Ces pa­roles, ti­rées d’une chan­son des sup­por­ters de Ri­ver Plate, ont une ré­so­nance par­ti­cu­lière à l’heure où leur équipe va dis­pu­ter, di­manche, la fi­nale re­tour de la Co­pa Li­ber­ta­dores contre l’en­ne­mi juré de Bo­ca Ju­niors, à Ma­drid. Pour­quoi Ma­drid ? Parce qu’après le caillas­sage du bus des joueurs de Bo­ca quelques heures avant le match re­tour, les ins­tances di­ri­geantes ont pré­fé­ré an­nu­ler la ren­contre et la dé­lo­ca­li­ser à 10 000 km de Bue­nos Aires, au stade San­tia­go-Ber­na­beu. Le pro­blème, c’est que cette dé­ci­sion laisse du monde sur le car­reau. Par­mi les 65 000 hin­chas pré­sents au Mo­nu­men­tal, le stade de Ri­ver, ils ne sont pas nom­breux à avoir pu cas­ser leur ti­re­lire pour se payer un al­ler-re­tour Ar­gen­tine-Es­pagne au pied le­vé. « J’ai la chance de tra­vailler pour une com­pa­gnie aé­rienne et d’avoir quelques avan­tages, concède Eze­quiel, 50 ans et so­cio de Ri­ver. J’ai li­qui­dé tous mes miles pour ache­ter des billets pour mon fils et moi. » Agus­tin, 24 ans, a dû, lui, cra­cher 1 000 € d’une traite : « Je ne me suis même pas po­sé la ques­tion de sa­voir si je de­vais faire le voyage. C’était une obli­ga­tion. Moi, je peux me per­mettre de dé­pen­ser une telle somme. Et j’ai pris un vol avec deux es­cales, à São Pau­lo et Franc­fort, pour faire bais­ser un peu le prix. » Mal­gré une si­tua­tion éco­no­mique com­pli­quée au pays, cer­tains sup­por­ters ont donc tout cla­qué pour as­sis­ter au match de leur vie. « En Ar­gen­tine, il y au­ra tou­jours des gens qui iront par­tout, peu im­porte ce que ça doit leur coû­ter », in­dique Eze­quiel. Un autre Agus­tin, 30 ans et fan de Ri­ver, ac­quiesce : « La pas­sion peut nous pous­ser à faire des choses ab­surdes. » Et ce res­tau­ra­teur qui vit à Bar­ce­lone sait de quoi il parle : il avait dé­pen­sé plus de 1 000 € pour ren­trer une se­maine au pays et as­sis­ter au match au Mo­nu­men­tal. De re­tour en Es­pagne, il a fi­ni par trou­ver un billet pour le Ber­na­beu. Deux, en fait, puis­qu’un ami à lui (un fan de Bo­ca) est ve­nu spé­cia­le­ment de Bue­nos Aires pour le match. Et les deux amis ont pu consta­ter un autre abus lié à cette si­tua­tion : une ex­plo­sion du prix des billets pour le match. Seuls 10 000 sont ré­ser­vés aux fans des deux clubs ve­nus d’Ar­gen­tine. Le reste étant des­ti­né aux gens vi­vant en Es­pagne. De pe­tits pro­fi­teurs qui se sont ain­si fait un ma­lin plai­sir de gon­fler les prix. « Comme ils savent que cer­tains sup­por­ters sont prêts à tout pour voir le match, ils ne se sont don­né au­cune li­mite, se dé­sole Agus­tin. Les prix peuvent al­ler jus­qu’à 700, 800 ou 1 000 €. C’est hon­teux. »

« Je ne me suis même pas po­sé la ques­tion de sa­voir si je de­vais faire le voyage. »

Agus­tin, fan de Ri­ver Plate

Des mil­liers de sup­por­ters de Ri­ver (et de Bo­ca) vont tra­ver­ser l’At­lan­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.