L’ar­rê­té au­to­ri­sant les tirs de nuit sus­pen­du

Un ar­rê­té au­to­ri­sant les tirs de nuit sur les re­nards roux a été sus­pen­du

20 Minutes (Strasbourg) - - GRAND STRASBOURG - Gilles Va­re­la

Le re­nard roux va pou­voir se ba­la­der tran­quille la nuit. Les as­so­cia­tions pro­tec­trices des ani­maux, no­tam­ment One Voice, ont per­mis de sus­pendre de­puis le 28 no­vembre un ar­rê­té pré­fec­to­ral de Meurthe-et-Mo­selle au­to­ri­sant des tirs de nuit pen­dant les trois der­niers mois de cette an­née, sur 500 re­nards roux.

Moins d’oi­seaux au­toch­tones

Cette dé­ci­sion du tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Nan­cy pour­rait faire date. En ef­fet, elle in­ter­vient avant la fin de la pé­riode de tir au­to­ri­sée : « A chaque fois qu’un ar­rê­té est pris, on l’at­taque et on gagne, se fé­li­cite Mu­riel Arnal, pré­si­dente de One Voice. Mais souvent le tri­bu­nal ne voit pas l’ur­gence et nous donne rai­son deux ans plus tard comme en 2016, dans les Ar­dennes. » Une dé­ci­sion que ne sou­haite pas com­men­ter Ro­méo Rie­der, di­rec­teur de la Fé­dé­ra­tion dé­par­te­men­tale des chas­seurs de Meurthe et Mo­selle. « Il ne s’agit pas

de chasse. Mais d’une opé­ra­tion réa­li­sée par douze agents agréés. Il n’y a pas de pé­nu­rie de re­nard dans le dé­par­te­ment et ce­la en­traîne des dé­gâts, no­tam­ment dans les pe­tits éle­vages », as­sure-t-il.

Et le chas­seur éta­blit un lien avec la di­mi­nu­tion d’oi­seaux au­toch­tones comme les per­drix, les fai­sans, dont le re­nard roux est friand, « Nous in­ves­tis­sons beau­coup d’ar­gent et de temps pour la ré­im­plan­ta­tion des pe­tits gi­biers. Rien que pour les jeunes fai­sans, 20 000 € cette an­née », dé­taille le chas­seur. Si le tir de nuit est dé­sor­mais in­ter­dit, la chasse au re­nard reste tou­jours au­to­ri­sée en pleine jour­née.

Le tir de nuit n’est plus au­to­ri­sé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.