Les con­trôles se fe­ront en ci­vil dans les TER

Un nou­veau dis­po­si­tif va être tes­té sur les TER de Lor­raine et d’Al­sace

20 Minutes (Strasbourg) - - ACTUALITÉ - Bru­no Pous­sard

Après avoir concer­né la ligne de Tran­si­lien Pa­ris-Meaux (Ile-de-France), les con­trôles en ci­vil sont ar­ri­vés en Lor­raine. Des trains al­sa­ciens vont aus­si en connaître sous peu. C’est que la SNCF a dé­ci­dé de tes­ter ce nou­veau dis­po­si­tif an­ti-fraude sur des TER dans le Grand Est, comme ce­la a été confir­mé lun­di à 20 Mi­nutes.

Un « manque à ga­gner »

Après des ré­sul­tats «plu­tôt po­si­tifs» ailleurs, la com­pa­gnie fer­ro­viaire ex­pé­ri­mente la tech­nique sur plu­sieurs lignes de la ré­gion. «La lutte contre la fraude est une at­tente forte de nos clients, pour plus d’équi­té entre les voya­geurs», com­mu­nique-t-elle. Sans pré­ci­ser les liai­sons des es­sais. Outre « l’in­jus­tice vis-à-vis des voya­geurs en règle», la SNCF jus­ti­fie ce dis­po­si­tif par le «manque à ga­gner». Es­ti­mée à 300 mil­lions d’eu­ros par an, dont un tiers pour les TER, la somme de la fraude pour­rait «bé­né­fi­cier» aux clients « sous la forme de ré­in­ves­tis­se­ments

», ajoute-t-elle. « Ce contrôle en ci­vil per­met de s’adap­ter à l’évo­lu­tion des com­por­te­ments des frau­deurs. » «Il n’y a au­cune in­for­ma­tion aux clients», note de son cô­té le se­cré­taire gé­né­ral ad­joint des che­mi­nots de la CFDT du Grand Est, Ré­gis Hoff­mann, in­quiet pour les agents (lire l’en­ca­dré). Lui ai­me­rait qu’une at­ten­tion soit por­tée à la for­ma­tion des sa­la­riés pour ré­gler les conflits po­ten­tiels. Uti­li­sa­trice fré­quente de­puis Ober­nai avec ou sans son vé­lo, Clau­dine, 39 ans, s’in­ter­roge, elle, sur l’éthique : « Ce n’est pas très hon­nête. » Mais pour elle, la me­sure ne chan­ge­ra rien. «Je ne fraude pas», sou­rit-elle.

Le mon­tant de la fraude est es­ti­mé à 300 mil­lions d’eu­ros par an.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.