Chaque pays af­fine sa sé­lec­tion pour l’Eu­ro­vi­sion

La ma­jo­ri­té des pays qui par­ti­cipent à la com­pé­ti­tion mu­si­cale or­ga­nisent des émis­sions pour trou­ver leur re­pré­sen­tant

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - Fa­bien Ran­danne

De­puis l’an pas­sé, France 2 pro­gramme « Des­ti­na­tion Eu­ro­vi­sion », un concours de chan­sons pour dé­si­gner le re­pré­sen­tant tri­co­lore à la com­pé­ti­tion mu­si­cale. Mais qu’en est-il dans les 41 autres pays que nous af­fron­te­rons en mai, à Tel-Aviv (Is­raël) ? Chez une bonne di­zaine (la Bel­gique, l’Aut­riche, la Grèce…), l’ar­tiste est choi­si par un pe­tit co­mi­té de pro­fes­sion­nels sans avis du pu­blic. Mais la plu­part de nos fu­turs ad­ver­saires ont eux aus­si op­té pour un show de va­rié­tés en di­rect.

Le plus my­thique : le fes­ti­val de San­re­mo (Ita­lie). C’est le doyen des concours de sé­lec­tion. Il est même en quelque sorte l’aïeul de l’Eu­ro­vi­sion. Créé en 1951, soit cinq ans avant la com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale, il se tient chaque an­née en fé­vrier. Ce ren­dez-vous phare de la mu­sique ita­lienne a no­tam­ment vu concou­rir Da­li­da. C’est une ins­ti­tu­tion qui af­fole les au­diences (50 % en 2018 !). Le vain­queur, dé­si­gné par un ju­ry et par les votes des té­lé­spec­ta­teurs et des jour­na­listes, peut re­fu­ser de re­pré­sen­ter l’Ita­lie à l’Eu­ro­vi­sion. Dans ce cas, la dé­lé­ga­tion choi­sit son can­di­dat par­mi les autres in­ter­prètes de la sé­lec­tion.

Le plus culte : le Me­lo­di­fes­ti­va­len (Suède). C’est le concours le plus scru­té par les fans de l’Eu­ro­vi­sion. Cette com­pé­ti­tion existe de­puis 1962, mais a connu un re­gain de po­pu­la­ri­té ces vingt der­nières an­nées. De­puis 2002, la Suède ne cesse de conso­li­der son sta­tut, le pays d’Ab­ba étant à l’Eu­ro­vi­sion ce que le Bré­sil est au Mon­dial de foot. L’édi­tion 2019 du Me­lo­di­fes­ti­va­len s’éten­dra sur six sa­me­dis, du 3 fé­vrier au 10 mars. Cô­té votes, seul l’avis des té­lé­spec­ta­teurs compte, à l’ex­cep­tion de la fi­nale où les suf­frages de ju­rys in­ter­na­tio­naux s’ajoutent à ceux du pu­blic.

Le plus « Star Ac’ » : « Ope­ra­cion Triun­fo » (Es­pagne). De­puis l’an pas­sé, l’Es­pagne fait confiance à cette émis­sion pour trou­ver son can­di­dat à l’Eu­ro­vi­sion. Al­fred et Amaïa, dont l’his­toire d’amour est née au fil de l’émis­sion, avaient dé­fen­du les chances ibé­riques à Lis­bonne… Ils ont fi­ni à la 23e place, sur 26. Cette an­née, même si « Ope­ra­cion Triun­fo » vient de se ter­mi­ner, la chaîne La 1 or­ga­nise di­manche une émis­sion spé­ciale où une di­zaine de can­di­dats de la der­nière pro­mo­tion ten­te­ront de dé­cro­cher leur ti­cket pour Tel-Aviv avec leurs chan­sons ori­gi­nales.

Le plus té­lé­cro­chet : « HaKoK­hav HaBa » (Is­raël). De­puis 2015, Is­raël dé­signe son re­pré­sen­tant via le té­lé­cro­chet « HaKoK­hav HaBa » (« La Fu­ture Star »), un concept lo­cal qui fut adap­té en France en 2014 sur M6, sous le titre « Ri­sing Star », et s’était sol­dé par un échec d’au­dience. Dans le pays qui or­ga­ni­se­ra l’édi­tion 2019, l’émis­sion car­tonne. Elle est en cours de dif­fu­sion, le ga­gnant de­vrait être connu fin jan­vier. Ce­pen­dant, il faut at­tendre plu­sieurs se­maines avant que soit dé­voi­lée la chan­son avec la­quelle il concour­ra.

L’Ita­lie choi­sit son can­di­dat via le fes­ti­val de San­re­mo, ici en 2018.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.