«Ne sur­tout pas cher­cher à re­faire du Fou­cault»

L’ani­ma­teur Ca­mille Com­bal pré­sen­te­ra « Qui veut ga­gner des mil­lions ? » dès sa­me­di

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - Pro­pos re­cueillis par Ben­ja­min Cha­pon

Sa­me­di soir, il fe­ra ses grands dé­buts dans le cos­tume de pré­sen­ta­teur de « Qui veut ga­gner des mil­lions ? » sur TF1. Ca­mille Com­bal re­vêt ain­si des ha­bits por­tés, en France, de­puis 2000, par Jean-Pierre Fou­cault. Lors de ce pas­sage de té­moin, l’ani­ma­teur his­to­rique par­ti­ci­pe­ra au jeu en tant que can­di­dat. A quelques jours de sa pre­mière, Ca­mille Com­bal se confie à 20 Mi­nutes.

As­su­mez-vous le sta­tut de chou­chou de TF1 en ce mo­ment ?

Je suis sur­tout le chou­chou de JeanPierre Fou­cault, parce que c’est lui qui m’a pro­po­sé à TF1 quand il a dé­ci­dé d’ar­rê­ter «Qui veut ga­gner des mil­lions ? » C’est un grand hon­neur. Mais à TF1, je n’ai pas l’im­pres­sion d’être le plus pré­sent à l’an­tenne ni le plus gour­mand. Je prends les choses comme elles viennent.

Oui, et elles viennent bien… Fran­che­ment, j’ai de la marge, je ne fais pas beau­coup d’émis­sions fi­na­le­ment. Tout me pa­raît plus co­ol dans le rythme après quatre ans de «Touche pas à mon poste ». Te­nir une chro­nique quo­ti­dienne, c’était un bou­lot de dingue. Pen­sez-vous pou­voir avoir une car­rière comme celle de Jean-Pierre Fou­cault ?

Au­cune chance. L’époque a chan­gé, les gens se lassent vite. On est dans l’im­mé­dia­te­té, pas dans la du­rée. Une car­rière comme celle de Jean-Pierre, c’est ex­cep­tion­nel, ça n’ar­ri­ve­ra plus. Est-il un mo­dèle pour vous ?

Je pour­rais dire oui, mais je pré­fère dire que je le res­pecte et l’ad­mire. Lui-même ne croit pas trop aux mo­dèles. Le seul con­seil qu’il m’a don­né, c’est de faire les choses à ma ma­nière, d’être na­tu­rel, et de ne sur­tout pas cher­cher à re­faire du Fou­cault. Le jeu est très co­di­fié. Com­ment avez-vous trou­vé votre place ?

Je me sens à l’aise dans tout, a prio­ri. « Danse avec les stars » et « Qui veut ga­gner des mil­lions ? » sont deux chances uniques pour moi, il y a la place pour s’écla­ter. Mais ma prio­ri­té, c’est que les gens re­trouvent le jeu qu’ils aiment. Je suis humble, j’ar­rive sur la pointe des pieds.

Vous in­tro­dui­sez un nou­veau jo­ker. De quoi s’agit-il ?

C’est « le fee­ling de Ca­mille ». Les can­di­dats pour­ront de­man­der mon avis sur une ques­tion. Mais comme je ne connais presque ja­mais la ré­ponse, ça ne les aide pas beau­coup ! (Rires.) Ce n’est pas un vrai jo­ker, fran­che­ment, mais ça dé­tend par­fois un peu l’at­mo­sphère. Jean-Pierre Fou­cault a plus de connais­sances que moi. « Le fee­ling de Jean-Pierre », ça au­rait été utile, mais là…

Ca­mille Com­bal, sur le pla­teau du pro­gramme em­blé­ma­tique de TF1.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.