20 Minutes (Strasbourg)

Lala &ce prend la place

Avec «Everything Tasteful», son premier album qui sort ce vendredi, la chanteuse se démarque dans la galaxie du rap.

- Clio Weickert

« Planante », « addictive », « hypnotisan­te ». Ainsi peut être qualifiée la musique de Lala &ce (à prononcer «Lala Ace»). Elle, se qualifie «d’extraterre­stre». Sa musique ouvre-t-elle une faille spatio-temporelle ? Son premier album, Everything Tasteful, qui sort ce vendredi, ouvre une certaine dimension parallèle. Par sa voix, mouvante et codéinée. Par son univers musical, traînant, aux tonalités électroniq­ues. Par ses textes, enfin, entre français et anglais, qui célèbrent le pouvoir féminin et l’homosexual­ité.

Un cosmos que l’artiste de 26 ans construit depuis plusieurs années, d’abord à Lyon, où elle a grandi, puis à Londres et au Portugal. «J’aime bien voir ce qu’il se passe dans le monde et sentir ce qu’il y a tout autour de moi, confie-t-elle. J’aime bien bouger. »

Une ode à l’amour lesbien

Active depuis plusieurs années dans le rap, l’artiste a déjà sorti des titres et clips remarqués (Bright, Serena (Botcho), Wet (Drippin’)). Elle a monté son propre label &ce Recless, qui coproduit ce nouvel album avec Believe. Mais elle sait aussi prendre son temps : « Je sais que ce que je fais n’est pas forcément très accessible à première vue, mais il ne faut pas forcer les choses. Les gens qui m’écoutent depuis le départ sont toujours là, je reste fidèle à moi-même, et j’arrive aussi à en toucher d’autres.» Difficile de ne pas être touché quand on écoute les 15 titres d’Everything Tasteful. Lala &ce s’accorde des trips hallucinat­oires comme dans Dodow&ve, mais explore surtout les méandres de l’amour. Des romances conjuguées au féminin, ode à l’amour lesbien. « Par rapport à ma famille africaine, j’avais un peu peur au début, explique l’artiste. J’ai toujours voulu leur montrer que mon homosexual­ité était quelque chose de normal, que je n’ai pas choisi.» Si elle ne se projette pas dans une démarche militante, le fait même d’assumer cette thématique dans le rap est notable. Tout comme une certaine glorificat­ion du pouvoir féminin qui apparaît en creux de ses textes.

Le sexe transpire aussi de sa musique. «C’est le premier truc qui me vient à l’esprit quand je prends mon téléphone pour écrire », confie-t-elle. A tel point que la jeune femme projette d’y consacrer un EP avec des chansons «pour faire l’amour». Une certaine idée du vortex.

 ??  ??
 ??  ?? A 26 ans, la rappeuse a monté son propre label &ce Recless, qui coproduit son tout nouvel album avec Believe.
A 26 ans, la rappeuse a monté son propre label &ce Recless, qui coproduit son tout nouvel album avec Believe.

Newspapers in French

Newspapers from France