Un livre au­tour des ru­meurs sur l’af­faire Alègre

La veuve de Do­mi­nique Bau­dis dé­plore l’em­bal­le­ment mé­dia­tique dans un livre

20 Minutes (Toulouse) - - GRAND TOULOUSE - Béa­trice Co­lin

«Je me dis au­jourd’hui que cette his­toire était faite pour tuer un homme. Un homme po­li­tique, un homme tout court. Tuer aus­si son couple, sa fa­mille ». Treize ans après, Ysa­bel Bau­dis parle pour « la pre­mière et der­nière fois » du cal­vaire qu’elle a vé­cu aux cô­tés de son ma­ri, Do­mi­nique Bau­dis, alors pré­sident du Con­seil su­pé­rieur de l’Au­dio­vi­suel, ac­cu­sé de par­ti­ci­per à des « par­ties fines » et autres soi­rées sa­do­ma­so­chistes. Elle s’est confiée à Alexandre Duyck qui re­trans­crit son té­moi­gnage dans La

Ré­pu­blique des ru­meurs* où il livre une ana­lyse ob­jec­tive de ce qui après avoir été l’af­faire Alègre s’est vite trans­for­mé en af­faire Bau­dis. « Je n’ai pas vou­lu faire une contre-en­quête ni pas­ser pour le don­neur de le­çons, mais rap­pe­ler les faits et voir com­ment une ru­meur aus­si in­croyable a pu prendre de telles pro­por­tions », ex­plique l’au­teur, qui aborde d’autres ru­meurs nées au­tour de per­son­nages pu­blics.

Rien ou­blier

« Mais celle sur Do­mi­nique Bau­dis s’est im­po­sée d’elle-même, à chaque fois que je ren­con­trais un in­ter­lo­cu­teur et lui de­man­dait quelle ru­meur avait été la pire se­lon lui, tous l’ont ci­tée, par l’am­pleur des ac­cu­sa­tions men­son­gères de pédophilie, de pros­ti­tu­tion mais aus­si en rai­son de l’em­bal­le­ment mé­dia­tique. Plus de dix ans après, des gens y croient en­core », ex­plique Alexandre Duyck. De l’au­di­tion de deux an­ciennes pros­ti­tuées aux ar­ticles pa­rus dans les jour­naux, Ysa­bel Bau­dis aborde ce qui fut un cal­vaire pour toute sa fa­mille. Et elle n’épargne per­sonne, sur­tout pas ceux qui les ont lâ­chés. Du jour­na­liste Pa­trick Poivre d’Ar­vor, qui avait dif­fu­sé dans son JT le té­moi­gnage hal­lu­ci­nant du tra­ves­ti Dja­mel, aux mé­dias qui ont pro­pa­gé la ru­meur en pas­sant par « un des hommes po­li­tiques qui a ou­blié de nous pré­ve­nir ». En l’oc­cur­rence Phi­lippe Douste-Bla­zy. Ce­lui qui suc­cé­da à Do­mi­nique Bau­dis au poste de maire de Tou­louse est ex­pli­ci­te­ment mis en cause pour ne pas avoir dit à « son ami » qu’il était le su­jet de nom­breuses ru­meurs.

* Aux édi­tions Flam­ma­rion, 19,90 €

Do­mi­nique et Ysa­bel Bau­dis, à la sor­tie du tri­bu­nal au mo­ment de l’af­faire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.