La mi­nistre Fleur Pel­le­rin veut for­mer des sho­wrun­ners à la fran­çaise

La mi­nistre de la Culture re­vient de Los An­geles

20 Minutes (Toulouse) - - La Une - Sté­phane Le­blanc

Fleur Pel­le­rin ex­plique à 20 Mi

nutes pour­quoi sa vi­site aux stu­dios hol­ly­woo­diens était es­sen­tielle pour faire re­ve­nir les tour­nages de films étran­gers en France, après le vote d’une ex­ten­sion du cré­dit d’im­pôt de 20 à 30 % et le re­lè­ve­ment de son pla­fond à 30 mil­lions d’eu­ros. Com­ment avez-vous été re­çue la se­maine der­nière à Hol­ly­wood ? Fox, So­ny, Uni­ver­sal, Dis­ney, War­ner, Ama­zon… Tous ont van­té la qua­li­té de nos équipes tech­niques. C’est donc bien le re­haus­se­ment du cré­dit d’im­pôt qui va faire choi­sir la France pour un tour­nage. Ch­ris­to­pher No­lan nous a confir­mé qu’il vien­dra tour­ner en France son film Dun­kirk, sur la ba­taille de Dun­kerque. Les ré­ponses ap­por­tées à Marvel chez Dis­ney pour­raient nous per­mettre de rem­por­ter d’autres tour­nages. Vous êtes al­lée voir com­ment on for­mait les pro­fes­sion­nels des sé­ries té­lé­vi­sées… Je te­nais à voir com­ment les Amé­ri­cains ont, de­puis une ving­taine d’an­nées, for­mé leurs sho­wrun­ners, qui as­surent la di­rec­tion ar­tis­tique, maî­trisent l’écri­ture de la sé­rie et di­rigent des pools de scé­na­ristes. Ce que les uni­ver­si­tés amé­ri­caines ont fait nous ai­de­ra à mettre en place un pro­gramme de for­ma­tion at­trac­tif pour com­plé­ter le cur­sus créé il y a deux ans au sein de l’école de ci­né­ma la Fé­mis. Où en est votre pro­jet de fes­ti­val in­ter­na­tio­nal des sé­ries ? Lau­rence Hersz­berg, di­rec­trice de Sé­rie Ma­nia, va me faire des pro­po­si­tions très ra­pi­de­ment. Et je suis très heu­reuse que la pro­duc­trice Iris Bü­cher et l’au­teure d’« En­gre­nages », Anne Lan­dois, l’ac­com­pagnent pour dé­ve­lop­per ce grand fes­ti­val des sé­ries. Je sou­haite que la pre­mière édi­tion ait lieu en 2017.

L’as­so­cia­tion Pro­mou­voir a at­ta­qué

Les Huits Sa­lo­pards… Cette as­so­cia­tion gagne, non pas parce qu’elle est forte, mais parce que la ré­gle­men­ta­tion est trop res­tric­tive. Jean-Fran­çois Ma­ry, le pré­sident de la Com­mis­sion de clas­si­fi­ca­tions de­vrait me rendre un rap­port à ce su­jet la se­maine pro­chaine. Il est hors de ques­tion de lais­ser une as­so­cia­tion faire la pluie et le beau temps en ma­tière de clas­si­fi­ca­tion des films et de conti­nuer à su­bir ses at­taques.

Fleur Pel­le­rin a ren­con­tré les re­pré­sen­tants des stu­dios.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.